Retour

Bois d'oeuvre : le plan d'aide d'Ottawa accueilli avec prudence en Mauricie

L'industrie du bois d'oeuvre de la Haute-Mauricie se réjouit avec modération de l'annonce d'Ottawa, qui promet d'injecter 867 millions de dollars en aide financière pour répondre aux tarifs imposés par Washington.

Le plan fédéral mise entre autres sur une plus grande ouverture vers le marché asiatique et le marché européen. Le Québec aurait toutefois de la difficulté à être compétitif dans ce contexte, selon le président du Syndicat des travailleurs de la scierie de Rivière-aux-Rats, Herman Martel. Dans ce contexte, il croit que l'Ouest canadien est plus favorisé que le Québec par le plan du gouvernement Trudeau.

« Pour envoyer ailleurs, ça prend une voie maritime assez près, note-t-il. Les voies ferroviaires, il y en a une à La Tuque, mais loin de l'usine. Ça peut être intéressant, mais va falloir que ça soit à la hauteur, pour que ça entre dans les frais. »

Herman Martel ajoute que le gouvernement aurait dû négocier un statut spécial pour le Québec, considérant que le régime forestier québécois, déjà sévère, répond à presque toutes les exigences des États-Unis.

L'entreprise Produits forestiers Résolu, pour laquelle il travaille, abonde dans le même sens, mais se dit satisfaite des prêts et garanties de prêts qui seront accordés.

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, qui pilote un projet visant à mettre sur pied une bioraffinerie en utilisant les résidus forestiers, croit quant à lui pouvoir bénéficier des fonds en innovation lors de l'implantation de l'usine. Le Programme d'innovation forestière recevra 63 millions de dollars.

« C’est une bonne nouvelle parce que le gouvernement cherche d’autres façons d’utiliser la forêt, et la bioraffinerie va chercher une matière ligneuse qui n’était pas utilisée », explique Normand Beaudoin.

Plusieurs centaines de millions de dollars seront investis dans l'implantation de cette usine.

L'industrie du bois d'oeuvre représente plus de 2000 emplois dans la région.

Trois scieries produisent du bois d'oeuvre en Haute-Mauricie, soit dans le secteur Parent à La Tuque, à Obedjwan et à Rivieres-aux-Rats. Elles emploient près de 300 personnes.

Plus d'articles

Commentaires