Retour

Bois d'oeuvre : les entreprises de l'Est du Québec se préparent à un conflit

La plainte déposée par la coalition américaine du bois d'oeuvre contre les exportateurs canadiens de bois de sciage fait réagir dans l'Est du Québec.

D’après les informations d’Ariane Perron-Langlois

Si les réactions sont nombreuses, les industriels de la région ne sont toutefois pas surpris de la manoeuvre.

Ils envisagent un nouveau conflit du bois d’oeuvre entre les États-Unis et le Canada et se préparent à y faire face.

Pas de mises à pied… pour l’instant

Aucune mise à pied n’est prévue pour l’instant. Il est encore trop tôt pour savoir si des travailleurs perdront leur emploi en raison du conflit, selon le président-directeur général du Groupe Lebel, à Rivière-du-Loup.

Ça commence au niveau de l’approvisionnement, c’est sûr, et ensuite de ça, si on a moins d'approvisionnement ou pas d’approvisionnement, là il faut réduire la cadence des usines ou fermer des quarts de travail ou fermer des usines.

Frédéric Lebel, président-directeur général du Groupe Lebel.

Chez Produits Forestiers Résolu (PFR), on reconnaît aussi qu’un tel conflit pourrait se traduire par des pertes d'emplois dans certaines entreprises forestières.

Une longue bataille à l'horizon

Le directeur des affaires de PFR pense que le Canada pourrait remporter sa cause devant un tribunal du commerce.

Il craint toutefois qu’entretemps les entreprises canadiennes acceptent des conditions désavantageuses de la part de leurs clients américains.

C’est un processus qui risque d’être long, d’être coûteux et qui fait en sorte, malheureusement, que souvent les gens peuvent décider de baisser les genoux et d’accepter toute forme de contrainte du côté américain.

Karl Blackburn, directeur des affaires publiques de Produits Forestiers Résolu

À Price, le président de Cédrico, Denis Bérubé, s'attend à ce que les producteurs canadiens doivent payer des taxes pour vendre leur bois aux États-Unis. L’entreprise essaiera de continuer ses opérations, même dans l’éventualité d’une taxe de 25 %.