Retour

Bois d'oeuvre : une rencontre importante pour Senneterre

Jean-Maurice Matte a tenu à rappeler au négociateur en chef que le régime forestier québécois répondait adéquatement aux règles d'un libre marché demandé par les Américains.

Le maire de Senneterre a profité de l'occasion pour sensibiliser Raymond Chrétien aux impacts néfastes que pourrait engendrer un nouveau conflit commercial sur le bois d'oeuvre, à la fois pour l'économie de la Ville de Senneterre et pour l'ensemble des municipalités de la région de l'Abitibi-Témiscamingue. « À ce genre de table-là, on essaie de rester dans le « général » et de ne pas trop parler de nos problèmes à nous, mais vous comprendrez que pour le maire de Senneterre, et pour la communauté de Senneterre, les conclusions de l'entente sur le bois d'œuvre sont très importantes et très attendues. On ne peut pas se permettre, ni à Senneterre ni dans la région, d'avoir une entente encore plus pénalisante que la dernière. Évidemment, on a des intérêts un peu plus près de nous en lien avec ces négociations », a-t-il expliqué en entrevue.