Retour

Bombardier compte sur Kingston et La Pocatière pour les tramways de Toronto

La Commission des transports de Toronto (CTT) espère que la réorganisation de la production de Bombardier lui permettra de recevoir ses nouveaux tramways plus rapidement : la compagnie accuse plus d'un an de retard sur le calendrier initial.

En plus de l'ajout déjà annoncé de son usine de La Pocatière, au Québec, à la chaîne de production, Bombardier transférera à l'automne à Kingston l'assemblage des trains légers commandés par la région de Waterloo et l'agence provinciale Metrolinx, assemblage qui devait avoir lieu à Thunder Bay.

L'objectif est de permettre aux travailleurs de Thunder Bay de se concentrer sur les tramways de Toronto.

Toutefois, si Thunder Bay n'est pas choisie d'ici le début juin comme site pour la deuxième chaîne de montage des tramways, une autre promesse de Bombardier pour accélérer la production pour Toronto, 60 employés seront mis à pied dans la ville du nord de l'Ontario.

Le nouveau calendrier de Bombardier pour Toronto (16 tramways en 2016; 40, en 2017; 76, en 2018 et 57, en 2019) est ambitieux selon la CTT, mais Bombardier a bon espoir de pouvoir le respecter. 

Bombardier assure que l'ensemble des 204 tramways commandés par Toronto, un contrat de 1,2 milliard de dollars, seront livrés comme prévu d'ici la fin de 2019. Une trentaine devrait être livrée cette année, ce qui représente environ la moitié de ce qui avait été initialement promis.

Un porte-parole de la CTT, Kadeem Griffiths, affirme que c'est à Bombardier d'organiser sa production. Toronto veut seulement recevoir les tramways qu'elle a payés, dit-il.

La Commission demande au moins 50 millions de dollars en indemnités de Bombardier à cause de ses nombreux retards, qui ont forcé notamment la Ville à rénover ses vieux tramways pour prolonger leur durée de vie.

Plus d'articles

Commentaires