Bombardier éliminera 650 postes d'ici la fin de 2018 dans sa division de matériel roulant en Suisse, dans le cadre de la restructuration de ses services hors production. La plupart des emplois concernés sont des postes temporaires basés à Zurich et à Villeneuve.

Cette décision dévoilée jeudi s'inscrit dans le cadre de la restructuration annoncée l'automne dernier par le constructeur d'avions et de trains, et qui se traduira par la suppression de 7500 postes à travers le monde.

Environ 75 % des emplois touchés en Suisse sont des postes de travail temporaires, occupés par des collaborateurs externes.

Tous les sites exploités par Bombardier en Suisse sont concernés par les mesures annoncées jeudi. Les installations de Zurich et de Villeneuve vont demeurer des pôles de développement et de production, mais sont les sites les plus touchés par cette annonce.

Bombardier compte restructurer ses services administratifs ainsi que d'autres secteurs dans le but d'optimiser sa « structure au niveau international » pour en « améliorer la compétitivité », explique l’entreprise par voie de communiqué.

Bombardier dit regretter « considérablement » cette mesure et examiner avec des « partenaires sociaux », comme le syndicat Unia et les représentants des employés de Bombardier en Suisse, des solutions visant à éviter le plus de licenciements possible.

Bombardier compte à ce jour près de 1300 employés en Suisse, selon Unia.

La restructuration annoncée l'automne dernier touchait près de 2000 postes au Canada - dont quelques 1500 au Québec - dans une multitude de secteurs. L'entreprise veut réduire ses coûts dans le cadre de son plan de redressement qui doit s'étaler jusqu'en 2020.

La multinationale estime pouvoir économiser jusqu'à 300 millions de dollars américains d'ici la fin de 2018.

Plus d'articles

Commentaires