Retour

Bonifier le RRQ et le RPC : payez plus aujourd'hui, retirez encore plus demain?

L'enjeu est de taille : faut-il, oui ou non, bonifier les rentes publiques au pays? Le Canada a fait le choix de partager la responsabilité de la retraite entre l'État, ses citoyens et les employeurs. Mais force est de constater que les promesses des années 60 n'ont pas été livrées. Aujourd'hui, une minorité de travailleurs peuvent compter sur un régime d'employeur à la retraite.

La grande majorité des gens affirment qu'ils auront besoin des rentes publiques à leur retraite. Et 4 Canadiens sur 10 affirment qu'ils devront travailler à temps partiel à la retraite. Le tiers de la population active dit qu'elle ne sera pas en mesure de maintenir son niveau de vie à la retraite.

Sur les 20 pays de l'OCDE, le Canada est au 17e rang en termes de couverture publique de la retraite. Autrement dit, le Canada fait partie des pays qui ont la plus faible contribution publique aux revenus de retraite à l'intérieur de l'OCDE. Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, est d'avis qu'il faut bonifier le Régime de pension du Canada (RPC) et le Régime des rentes du Québec (RRQ). La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a proposé une bonificiation du régime pour ses concitoyens et elle est prête à l'abandonner si les provinces acceptent de bonifier sensiblement le RPC.

Mais, les employeurs sont inquiets. Qui dit bonification du RPC et du RRQ dit nécessairement augmentation des cotisations aux régimes pour les travailleurs et les employeurs. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) affirme qu'une hausse de cotisations ralentirait l'économie, entraînerait des pertes d'emplois et réduirait l'épargne chez les Canadiens.

5 choses à savoir... 

1- Que couvre l'État?

D'abord, à 65 ans, vous avez droits à 3 sources de revenus prévus par l'État :

  • Sécurité de la vieillesse : 6848,64 $ maximum
  • Supplément de revenu garanti : 9283,20 $ maximum
  • RPC ou RRQ : 13 110 $ maximum

3 précisions : à partir d'un revenu net de 72 809 $, il faut commencer à rembourser la Sécurité de la vieillesse. Le Supplément de revenu garanti est amputé à partir d'un certain revenu en fonction de votre situation. Les rentes prévues au RPC et RRQ sont fonction de vos cotisation au fil de votre vie de travail.

2- RPC et RRQ : comment ça fonctionne?

Les travailleurs canadiens sont tenus de payer 4,95 % de leur rémunération au Régime de pension du Canada. Leur employeur en fait de même, pour un total de 9,9 %. Au Québec, pour le Régime des rentes, le taux de cotisation est plus élevé, à 10,65 %, séparé à parts égales entre l'employé et l'employeur. Dans le cas du travailleur autonome, il doit payer 100 % des cotisations pour un total de 9,9 % au RPC et de 10,65 % au RRQ.

Vous devez payer des cotisations sur les revenus se situant entre 3500 $ et 54 900 $ de votre rémunération annuelle. Au-delà de ce montant, il n'y a plus de cotisations à fournir.

3- Que propose l'Ontario?

Le gouvernement de Kathleen Wynne propose d'ajouter une cotisation de 3,8 %, séparée à parts égales entre l'employé et l'employeur. Cet ajout de cotisations se ferait sur les revenus se situant entre 3500 $ et 90 000 $.

4- La proposition ontarienne coûterait combien?

Voici 3 exemples de rémunération annuelle individuelle avec les cotisations actuelles au Régime de pension du Canada pour une année, les nouvelles cotisations sur 12 mois qui seraient prélevées pour le régime ontarien et le total :

5- La proposition ontarienne rapporterait combien?

Un travailleur qui a cotisé pendant 40 ans toucherait des rentes qui seraient au moins 60 % plus élevées. En retour, le Supplément de revenu garanti pourrait être abaissé. Voici les résultats :

Plus d'articles

Commentaires