Retour

Bras de fer entre la nation Neskantaga et la compagnie minière Noront

Le chef de la nation Neskantaga, Wayne Moonias, est mécontent de l'avis récemment envoyé par la compagnie Noront pour l'informer des activités de forage qui auront lieu bientôt sur des terres ancestrales de la région.

Il affirme que la compagnie n'a pas sollicité l'autorisation de la Première Nation et que le gouvernement n'a pas rempli ses obligations de consultation avant d'octroyer le permis. 

Selon lui, la décision du gouvernement contrevient à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. 

Par voie de communiqué, le ministère des Mines et du Développement du Nord, affirme que: « l'Ontario a conclu récemment un protocole d'entente (PE) avec Neskantaga pour travailler en collaboration à plusieurs questions dont [...] l'accommodement quant aux permis et aux autorisations visant les activités touchant les terres. »

Ce protocole n'a pas encore été mis en oeuvre.

Noront se défend

La compagnie veut effectuer des forages exploratoires pour confirmer l'existence de gisements de nickel et de cuivre dans les sols.

Le président de Noront, Al Coutts, s'engage à embaucher des travailleurs des communautés de la région pour les activités de forage.

Cette promesse ne satisfait pas Wayne Moonias. Il maintient que Noront ne respecte pas le protocole mis en place par la nation Neskantaga.

Les premiers forages sont prévus à la fin du mois d'août. 

Avec les informations de Jody Porter

Plus d'articles

Commentaires