BRP est en pleine campagne de recrutement pour pourvoir plus de 300 postes temporaires dans son usine de Valcourt.

« On recherche majoritairement des assembleurs, mais on cherche aussi certains métiers spécialisés comme des peintres industriels, des opérateurs monte-charge et des mécaniciens », précise le directeur des ressources humaines, Carl Beauparlant.

Les emplois en question serviront à la production de motoneiges. La période de production durera quatre mois, du 3 juillet au mois d'octobre. Une prime de 1000 $ sera versée à tous les employés qui auront travaillé pendant ces quatre mois. Les étudiants qui auront travaillé durant l'été auront quant à eux droit à une bourse de 500 $. Aucune formation particulière n'est requise pour les employés.

« On est passé maître dans l'art de former les employés ici. On a des emplois temporaires année après année, donc on donne de la formation à l'interne », note M. Beauparlant.

La situation chez BRP est le reflet d'une tendance qui touche bon nombre d'employeurs. D'autres entreprises ont besoin de travailleurs spécialisés, selon la conseillère d'orientation au Centre 24-Juin, Annick Carrière. Cette dernière affirme que le marché est confronté à une réelle « pénurie » dans plusieurs secteurs. Les centres de formation ressentiraient même une certaine pression pour permettre aux employeurs de présenter leur entreprise aux finissants directement en classe afin de se les arracher.

« On ne le fait pas nécessairement, parce que dans les temps de formation, c'est difficile d'inclure du temps pour ça », prévient toutefois Mme Carrière,

« Actuellement, au niveau de l'Estrie, les demandes sont en soudage-montage, techniques d'usinage, électromécanique de système automatisé, dessins industriels et tout ce qui est en lien avec les techniques industrielles en général. On va retrouver aussi les formations de cuisinier, des services de la restauration et de la vente-conseil. Ce sont beaucoup, beaucoup d'emplois et de demandes qu'on reçoit de la part des employeurs qui sont vraiment en pénurie de main-d'oeuvre sérieuse dans ces domaines », résume-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires