Retour

Budget à saveur électorale en Nouvelle-Écosse

Le ministre des Finances de la Nouvelle-Écosse, Randy Delorey, dépose un deuxième budget équilibré consécutif à saveur électorale pour 2017-2018. Les libéraux insistent sur le fait que ce budget offre des possibilités de croissance économique dont tous les Néo-Écossais vont profiter. Les grands gagnants sont les personnes âgées et les familles.

Un texte d'Olivier Lefebvre

La province prévoit une augmentation de ses revenus de 10,6 milliards de dollars, soit une hausse de 3,1 % par rapport à l'an dernier.

Les dépenses augmentent quant à elles de 10,5 milliards de dollars, ce qui constitue une augmentation de 3,7 %. On prévoit un surplus budgétaire de 25,9 millions de dollars.

Les dépenses ont augmenté de façon plus importante au ministère des Entreprises, au ministère des Affaires municipales et au ministère des Aînés.

Les libéraux ont fait des dizaines d'annonces de financement dans les dernières semaines. On apprend donc peu de nouvelles mesures avec le dépôt du budget.

Les libéraux prévoient un surplus budgétaire pour les 4 prochaines années, et une hausse de 2,1 % des revenus d'ici 2021.

Léger allègement fiscal pour la classe moyenne

Un peu plus de la moitié des Néo-Écossais économiseront environ en moyenne 160 $ par année en impôt sur le revenu dès l'an prochain. Cet allègement fiscal s'adresse aux citoyens dont le revenu annuel varie de 25 000 $ à 74 000 $. Cette économie sera réalisée en raison d'une augmentation de 3000 $ du seuil de revenu non imposable.

Le gouvernement investit également dans le ministère de l'Éducation et de la petite Enfance pour notamment permettre aux familles de profiter de 30 nouveaux centres préscolaires.

Les PME moins taxées

Les petites et moyennes entreprises dont le revenu annuel est de moins de 500 000 $ seront taxées à la hauteur de 3 %. Le seuil était auparavant chiffré à 350 000 $.

Plus de 1800 petites entreprises supplémentaires pourraient en profiter, rapporte le gouvernement. Cette mesure est rétroactive au 1er janvier 2017.

La santé demeure la priorité

Le budget prévoit un investissement de 2,4 millions de dollars pour recruter jusqu'à 20 nouveaux médecins dans la prochaine année.

Au total, 4,3 milliards de dollars sont investis en santé. C'est une augmentation d'environ 2 %.

Le budget Delorey ne prévoit pas d'augmentation de la taxe sur le tabac, qui avait augmenté de 2 % l'an dernier. Les revenus anticipés sont moins importants en raison d'une diminution du nombre de fumeurs.

Le gouvernement prévoit également 3,2 millions de dollars en vue d'augmenter les budgets pour les repas dans les résidences de personnes âgées. L'été dernier, de nombreux résidents et leurs familles s'étaient plaints de la qualité des repas dans les foyers de soins.

Les libéraux cherchent également à charmer l'industrie du film en augmentant son financement à 12,8 millions de dollars. Environ 10 millions de dollars avaient été investis l'an dernier. Durant son mandat, le gouvernement McNeil a supprimé des crédits d'impôt, ce qui avait provoqué le mécontentement de l'industrie.

Budget à saveur électorale

Si des élections sont déclenchées avant l'adoption du budget, un nouveau budget devrait être déposé par le gouvernement élu.

Les partis d'opposition considèrent le budget Delorey comme étant davantage une plateforme électorale qu'un véritable budget.

Si les libéraux sont reportés au pouvoir, ils pourraient présenter de nouveau ce budget en y apportant des changements.

Le gouvernement prévoit des budgets équilibrés pour les quatre prochaines années, avec des surplus modestes.

La dette provinciale anticipée se chiffre à 15,2 milliards de dollars.

Réactions

« Le gouvernement tente seulement de réparer les erreurs qu'il a faites dans le passé, » croit Jamie Baillie le chef du Parti progressiste-conservateur

« C'est pas couper, couper, couper et après arriver à un point où on a un budget balancé et dire, maintenant on va investir! » croit la néo-démocrate Lisa Roberts

Quelques semaines après la fin du conflit avec les enseignants, la province investit aussi dans des programmes scolaires et dans l'aide aux élèves.Le syndicat des enseignants se demande pourquoi cet argent n'a pas été offert avant.

Plus d'articles

Commentaires