Retour

Budget de Rimouski : compressions et gel d'embauche en 2018

Le budget 2018 de la Ville de Rimouski illustre le désir du nouveau conseil municipal d'exercer un contrôle serré des dépenses. Les taxes municipales augmenteront quand même de 2,1 % ou 48 $ pour une résidence moyenne évaluée à 210 800 $.

Le budget concocté par les élus rimouskois issus de l'élection de novembre dernier inclut des compressions budgétaires de 735 000 $, un gel de l'embauche de nouveaux fonctionnaires en 2018, un ralentissement du remboursement de la dette et l'abandon, pour un an, du programme de budget participatif défini par les citoyens.

Diminution des dépenses : 1,1 M$

Au total, la diminution des dépenses atteint 1 177 000 $.

Le maire Marc Parent assure que les compressions budgétaires directes de 735 000 $ n'affecteront pas les services rendus aux citoyens. La ville ira chercher ce montant en resserrant et en modifiant ses pratiques administratives.

Un montant de 242 000 $ sera économisé en ralentissant le remboursement de la dette et un autre 200 000 $ proviendra de la suspension, pour un an, du nouveau programme de budget participatif.

Ce programme, mis sur pied l'an dernier, permet à des citoyens de soumettre un projet de dépenses budgétaires.

Selon le maire, Marc Parent, l'importance des dépenses incompressibles comme les salaires ou les appels d'offres conclus avec des augmentations de coûts supérieurs au taux d'inflation a « clairement préoccupé » les nouveaux d'élus d'où les choix budgétaires qu'ils ont retenus.

C'est dans cet esprit, dit-il, que la décision a été prise d'une « mise en veilleuse de la création de nouveaux postes » de fonctionnaires en 2018.

Le maire Parent a toutefois précisé que ce gel ne touche pas les postes qui deviendront vacants à la suite de départs à la retraite.

Augmentation des revenus : 800 000 $

À ces diminutions de dépenses s'ajoutent des augmentations de revenus. La majeure partie, 563 000 $, viendra de la croissance de l'assiette fiscale.

Le reste, 250 000 $, proviendra de l'augmentation des droits de mutation (taxe de bienvenue) dont 100 000 $ seront le résultat d'une nouvelle tarification à la hausse pour les transactions sur les résidences de 500 000 $ et plus. Selon la Ville, on en compte une trentaine annuellement.

Hausse des taxes : 2,1 %

La combinaison de la diminution des dépenses et de l'augmentation des revenus n'empêchera toutefois pas une augmentation des taxes et tarifs imposés par la Ville.

La hausse sera de 2,1 % ou 48 $ pour une résidence moyenne évaluée à 210 800 $.

En 2017, année électorale, les augmentations de taxes municipales avaient été limitées à 1,3 % alors que l'année précédente, elles avaient été de plus de 4 %.

Abandon « temporaire » du budget participatif

Le maire Parent assure que la suspension du nouveau programme de budget participatif après une seule année de mise en oeuvre n'est pas un signe d'échec.

Au contraire, dit-il, les projets soumis par les citoyens ont été si nombreux qu'une pause est nécessaire pour que l'appareil municipal définisse de nouveaux moyens pour gérer cette popularité.

Programme triennal d'immobilisations

Le Programme triennal d'immobilisations 2018-2020 prévoit des investissements de plus de 105 millions de dollars dont près de 53 millions de dollars seront engagés la première année.

De ce dernier montant, 31 millions de dollars seront consacrés à la construction du nouveau complexe sportif.

Des sommes ont également été prévues pour régler les problèmes de circulation sur la 2e Rue où une piste cyclable a été récemment aménagée.

Plus d'articles

Commentaires