Au lendemain du dépôt du budget fédéral, c'est au tour du Yukon de présenter ses priorités budgétaires pour l'année en cours, le territoire prévoyant des années difficiles.

Le gouvernement du Yukon déposera jeudi le premier de trois budgets dont on prévoit qu'ils seront déficitaires. Respectivement, le manque à gagner annoncé au printemps dernier est de 49 millions de dollars pour 2018-2019, de 58 millions en 2019-2020, et de 42 millions de dollars pour 2020-2021.

Le premier ministre, Sandy Silver, promet que les prévisions déficitaires seront revues. « Je peux vous dire qu'il y aura une diminution du déficit anticipé », a-t-il promis en entrevue à la veille du dépôt du budget.

Le territoire a lancé, l'an dernier, une révision des finances publiques par un comité indépendant qui, dans un rapport présenté à l'automne, a fait nombre de recommandations. Le premier ministre affirme en avoir mis certaines à profit dans le présent budget.

Sandy Silver affirme qu'une révision des services de santé est à venir, et qu'il faut ajuster la taille de la fonction publique à la population yukonnaise en tirant profit des départs à la retraite, par exemple.

Parmi les mesures attendues dans le budget figurent les soins aux aînés avec l'ouverture et l'embauche de plus de 200 employés du centre de soins de longue durée Whistle Bend. Sont attendus également la vente du cannabis, la réfection des routes, notamment celle de l'Alaska, et l'asphaltage de la piste d'atterrissage de l'aéroport de Dawson.

Les attentes du secteur privé

Depuis plusieurs années, les entrepreneurs demandent au gouvernement un plan quinquennal sur les projets d'infrastructure majeurs. Il s'agit d'une promesse des libéraux lors de la campagne électorale que la Chambre de commerce du Yukon aimerait voir se concrétiser. Le gouvernement a repoussé ce plan l'an dernier.

« J'ai hâte de voir quelles seront les façons créatives pour s'assurer que les Yukonnais puissent profiter des grands projets d'infrastructure. Cette année, il est question de la construction d'une école secondaire francophone [...] et des programmes d'infrastructure routiers », donne, à titre d'exemple, Stanley Noel, le président de la Chambre de commerce du Yukon.

La nouvelle école francophone au centre des attentes

Le projet de construction de la nouvelle école secondaire francophone demeure au centre de l'attention de la communauté parce que le territoire a déjà repoussé le début des travaux d'un an, reportant du même coup 8 millions de dollars à l'exercice financier actuel.

Le Yukon accordera 20 millions de dollars au projet auquel s'ajouteront 7,5 millions de dollars du fédéral.

Le président de l'Association franco-yukonnaise, André Bourcier, s'attend à ce que les financements aux projets de formation, d'immigration et de tourisme soient reconduits.

Il compte par ailleurs porter attention aux priorités du gouvernement en matière de petite enfance alors qu'une nouvelle entente vient d'être signée avec Ottawa, ainsi qu'en matière d'aînés.