Retour

C Series : Delta n'entend pas payer les droits punitifs de 300 %

La compagnie aérienne américaine Delta a affirmé mercredi qu'elle comptait toujours acheter des avions de la C Series de Bombardier, mais qu'elle refusait de payer les droits compensatoires et antidumping de 300 % demandés par le département américain du Commerce pour leur achat.

M. Bastian a souligné que ces tarifs sont « préliminaires », c'est-à-dire qu'ils ne seront appliqués que si Boeing obtient gain de cause auprès de la Commission du commerce international des États-Unis, dont le jugement définitif est attendu en 2018.

L’an dernier, Bombardier et Delta avaient annoncé qu’ils étaient arrivés à une entente pour la vente et l’achat d’un minimum de 75 avions C Séries, pour environ 5,6 milliards de dollars américains.

Cependant, après une plainte de l’avionneur américain Boeing, qui accuse Bombardier d’avoir été financé par de l’argent public et d’avoir ainsi pu vendre à rabais ses appareils de la C Series, le département américain du Commerce a imposé des droits compensatoires de 220 % il y a deux semaines auxquels se sont ajoutés des droits antidumping de 79,82 % vendredi dernier.

« À notre avis, il est très difficile pour Boeing ou pour tout autre manufacturier américain d’affirmer que Bombardier lui fait du tort avec un produit qu’eux-mêmes n’offrent même pas », a ainsi lancé Ed Bastian mercredi.

« Pour nous, ce n’est pas réaliste, et c’est un peu un non-sens, mais nous travaillons en étroite collaboration avec Bombardier », a-t-il poursuivi.

Bombardier n'a pas voulu commenter l'échéancier entourant la livraison des C Series à Delta, affirmant qu'il s'agissait de « détails commerciaux confidentiels », a expliqué par courriel un porte-parole, Simon Letendre.

Celui-ci a rappelé l'engagement du transporteur aérien à l'endroit de la famille d'appareils commerciaux de l'avionneur québécois, ajoutant que les récentes décisions de Washington étaient préliminaires.

« Elles n'entreront en vigueur que si elles sont confirmées par la Commission du commerce international des États-Unis, a indiqué M. Letendre.

Boeing fait de la publicité au Canada

Par ailleurs, plongé dans cette controverse, Boeing tente de redorer son image au Canada en lançant une campagne de relations publiques afin de rappeler aux Canadiens l'ampleur de sa contribution à l'économie du pays.

La campagne se déroulera à la télévision, à la radio et sur des plateformes numériques.

Selon la directrice générale de Boeing Canada, Kim Westenskow, sa compagnie fait affaire avec 560 fournisseurs canadiens, qui génèrent 17 500 emplois, en plus des 2000 employés canadiens qui composent sa propre main-d'oeuvre.

Boeing contribuerait ainsi chaque année à la croissance économique du Canada à hauteur d’environ 4 milliards de dollars, dit Mme Westenskow.

Plus d'articles

Commentaires