Retour

Caisse Groupe Financier ferme huit succursales en région

Huit villages du Manitoba perdront leur centre de services de la Caisse Groupe Financier en mars 2018. La Caisse en a averti ses clients dans une lettre.

Dès mars prochain, les clients devront effectuer leurs dépôts, retraits et transferts de fonds et obtenir des services dans une autre succursale.

« Cela a vraiment été un choc. On ne s’attendait pas que notre Caisse ferme », a déclaré Richard Grenier, un habitant de Saint-Léon et client de l'établissement financier depuis près de 60 ans.

La fermeture n’affectera d’aucune façon le numéro de compte, les chèques et la carte de débit des clients, indique la lettre qu'il a reçue.

Selon Caisse Groupe Financier, cette décision a été prise en raison du faible volume d’activité de certains centres. « La fermeture de ces comptoirs affecte un nombre limité de membres qui ont accès à un centre Caisse, à service complet, à distance raisonnable », indique la vice-présidente de marketing et stratégie de Caisse Groupe Financier, Diane Bilodeau, dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Difficile pour les personnes âgées

À Saint-Léon, la succursale est ouverte tous les lundis, mercredis et vendredis.

« Je ne fais pas beaucoup de transactions avec Internet et j’aime beaucoup avoir de l’argent comptant. Ça veut dire que lorsque j’en voudrai, il faudra que je me déplace à Notre-Dame-de-Lourdes, à 15 minutes du village », a expliqué M. Grenier.

Il avoue qu’il aura de la difficulté à s’adapter. Richard Grenier espère pouvoir convaincre l’institution bancaire d’offrir des services au comptoir au moins une journée par semaine dans son village.

Déçus, mais pas surpris

« Ce n’est pas quelque chose qui me surprend à ce point-ci des villages. Au Manitoba, ils sont petits alors, il faudra s’adapter à cela », dit le résident de Letellier, Théodore Jutras. Âgé de 32 ans et client de la caisse du village depuis une vingtaine d’années, il envisage d'utiliser le service de Télé-Caisse et de faire ses transactions en ligne quand la succursale de son village fermera ses portes.

Contrairement à d’autres clients, le fermier de Saint-Léon de 42 ans, Gaétan Talbot, a reçu un appel téléphonique de sa succursale. Il effectue souvent des transactions importantes à son centre de services. Il dit comprendre la décision de l’établissement.

« J’étais un peu déçu. C’était commode que c’était dans mon village, mais je m’attendais à cette fermeture. »

Plus d'articles

Commentaires