Retour

Camping controversé de Shediac : il ne reste que deux actionnaires

Il ne reste que deux investisseurs dans le projet controversé du camping de Shediac.

Michel Boudreau a décidé de vendre ses parts, quelques semaines après le retrait du projet de son ami, le ministre Victor Boudreau.

Le projet de camping à Pointe-du-Chêne, qui compterait entre 650 et 750 sites, regroupait au départ sept actionnaires.

Selon les informations recueillies par CBC, Michel Boudreau était l’investisseur principal du projet, jusqu'à il y a quelques semaines, lorsqu'il a décidé d'abandonner sa participation.

Michel Boudreau a déclaré que sa décision a été prise après que le coprésident du projet et cofondateur, le député libéral Victor Boudreau, a annoncé qu'il cédait ses parts de 20 % après des mois de polémique entourant son implication.

Michel Boudreau admet qu'il part en raison de l'attention négative entourant le projet.

Le projet a été approuvé par le conseil municipal de Shediac en 2014, mais il est contesté par plusieurs résidents qui, selon eux, mettraient davantage l'accent sur le développement du littoral et sur la qualité de l'eau à la plage Parlee.

« Il y a beaucoup de choses qui ont été dites et faites, et des accusations qui n'étaient tout simplement pas vraies ou tout simplement pas valides », a déclaré Michel Boudreau.

Michel Boudreau a expliqué que l'idée pour le terrain de camping est née autour d'un feu de camp en 2013, lors d'une conversation entre lui et Victor Boudreau.

Il a dit qu’ils voyaient le camping comme un projet de retraite.

Le projet a été bloqué pendant deux ans après son approbation, en raison d'une bataille juridique impliquant la paroisse anglicane de Shediac, le propriétaire foncier, qui avait signé une clause de non-concurrence dans la location d'un autre terrain voué au développement d’un terrain de camping de 340 sites.

Nouveau porte-parole du projet

Le porte-parole du projet est maintenant Luc Leblanc, propriétaire de Modern Plumbing. Quant à l'autre partenaire, il reste inconnu du public.

La construction du camping pourrait s’échelonner sur deux ans et n'ouvrirait pas avant 2019. Il serait le plus grand des Maritimes.

Le rôle de l'Église expliqué

Michel Boudreau a également déclaré qu'une partie de l'accord de Shediac Camping avec la paroisse anglicane de Shediac impliquait que l'église devait remplir certaines conditions avant de pouvoir louer ses terres aux promoteurs de terrain de camping.

Boudreau a expliqué que c'est ainsi que l'église est identifiée comme le promoteur d'un projet du camping dans des documents liés à l'étude d'impact environnemental réalisé par la province.

Les opposants au projet y voient une tentative pour éviter d'identifier les autres investisseurs dans le projet.

L'étude d'impact environnemental du projet, qui a été soumise à la province en mai, est toujours en cours.

D'après un reportage de Gabrielle Fahmy

Plus d'articles

Commentaires