Pour la dernière journée de la conférence du World Cannabis Congress, à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, des acteurs du milieu du cannabis ont discuté des défis de stratégie marketing.

Bien qu’on ignore encore la date exacte de la légalisation du cannabis, les publicitaires se demandent déjà comment ils vont promouvoir les futurs produits de Cannabis NB, la société qui sera responsable de la vente du cannabis au Nouveau-Brunswick.

Nous avons reçu des directives très claires, mentionne Ray Gracewood, chef des opérations marketing à Organigram.

Des règles strictes

Plus tôt cette année, Santé Canada a établi des règles sur l’emballage des produits du cannabis.

Ils seront notamment soumis aux mêmes règles que l’industrie du tabac. Les emballages devront donc comporter des avis sur les risques liés à leur consommation et les logos des compagnies devront être petits.

Le projet de loi C-45, qui vise à décriminaliser le cannabis, contient notamment une clause visant à interdire la promotion de ces produits auprès des jeunes ou bien d’en encourager la consommation.

De plus, l’usage du cannabis ne pourra pas être publicisé par des célébrités ou des personnalités connues. Il sera également interdit de vanter l’usage de ces produits comme étant glamour ou excitant.

L’entreprise Organigram a d’ailleurs déjà entrepris des démarches pour différencier ses produits destinés au marché du cannabis à usage récréatif et ceux destinés à l'usage médicinal.

Elle veut aussi miser davantage sa stratégie marketing sur les produits du cannabis qui sont non combustibles, tels que l’huile ou bien les gélules de cannabis.

Selon Ray Gracewood, ces autres produits dérivés du cannabis vont prendre une place importante sur le marché canadien une fois que le cannabis sera légalisé.

Les femmes, dans la mire des publicitaires

Les stratégies marketing visant le marché féminin ont pris une place importante à la conférence de fermeture du congrès.

C’est d’ailleurs la voie qu’a choisie April Pride, fondatrice de l’entreprise Van der Pop. Ses produits sont, selon ses dires, axés sur un mode de vie féminin.

En tant que femme de plus de 40 ans, je sentais que l’idée de consommer du cannabis ne collait pas vraiment à mon mode de vie. C’est comme s’il fallait vraiment que je me cache pour en consommer, explique-t-elle.

L’entrepreneur a donc décidé de créer un sac à main épuré qui arbore un petit cadenas sur la fermeture éclair pour y ranger ses produits.

Elle voulait que les femmes puissent transporter leurs produits discrètement, mais aussi de façon sécuritaire.

Imaginez une mère avec ses enfants. Elle se sentira mieux si elle sait qu'ils ne peuvent y avoir accès, indique April Pride.

Sa stratégie publicitaire est simple et bien de son temps : elle a utilisé Instagram pour y présenter ses produits.

L'entrepreneur compte maintenant plus de 30 000 abonnés et vend ses produits sur internet.