Retour

Cannabis : une banque albertaine à l’avant-garde

Après Sundial Growers inc., la banque albertaine ATB Financial a conclu, la semaine dernière, une entente financière avec une deuxième entreprise de cannabis de la province, Atlas Growers. Bien que ce soit la première fois qu'une banque au Canada crée des liens avec cette industrie, ces accords risquent de devenir de plus en plus monnaie courante, croit un expert.

Un texte de Charlotte Dumoulin

En février, la banque ATB Financial annonçait un accord financier de 56 millions de dollars avec la compagnie Sundial Growers inc. Deux semaines plus tard, la société signait un nouvel accord, cette fois, de près de 7 millions avec l'entreprise Atlas Growers.

Selon Brad Poulos, un professeur en stratégie entrepreneuriale à l'Université Ryerson, à Toronto, ces ententes démontrent essentiellement que l'industrie du cannabis croît rapidement.

« Nous verrons de plus en plus de banques faire le saut dans l’industrie », croit Brad Poulos. Il estime que l’entente avec la banque provinciale albertaine représente l’approbation du gouvernement provincial de l’industrie du cannabis.

Le président de Sundial Growers inc., Ted Hellard, se dit fier qu'elle soit parmi les seules entreprises de cannabis canadiennes à être parvenues à un tel financement avec la banque provinciale. « Cet accord est un grand pas pour les deux parties », affirme-t-il. M. Hellard compte agrandir ses usines de production et devenir plus important sur la scène internationale.

Des réticences de la part des banques

D’autres établissements bancaires canadiens sont quant à eux plus frileux à l'idée de s’engager dans l’industrie du cannabis.

Selon Brad Poulos, cette réticence s'explique par les lois américaines fédérales. Même si, dans certains états, comme le Colorado, la production et la vente de cannabis sont permises, à l’échelle nationale, le cannabis reste illégal.

Les banques canadiennes qui ont des activités aux États-Unis ne veulent pas violer les lois américaines en encourageant des entreprises de cannabis.

ATB Financial pourrait, par contre, amener les banques canadiennes à revoir leur position, selon l'expert.

Plus d'articles