Entre les attentats, le Brexit, l'élection de Donald Trump et les 15 000 emplois supprimés chez Bombardier, je pense qu'on peut s'entendre pour dire que 2016 a été une année chargée en émotions, en préoccupations et en espoirs, gagnés ou déçus, c'est selon!

Un texte de Gérald Fillion

En jetant un regard sur 2016, voici 15 choses à savoir sur 2017 qui vont se produire ou qui pourraient ne pas se produire du tout! En fait, ce texte n'a pas la prétention d'être une projection, une prévision ou une prédiction à propos de la prochaine année. Soyons modeste. Pour deux raisons fondamentales : premièrement, il faut rester humble, en tout temps, face à la réalité. Et, deuxièmement, un grand nombre d’experts se prononcent sur beaucoup de choses, un tout aussi grand nombre de commentateurs s’expriment sur quantité de sujets… et trop de ce qui est dit et projeté ne se passe pas comme prévu! Alors, j'insiste : soyons modeste! On comprend toujours mieux les événements après les avoir vus passer!

  1. Donald Trump est la personnalité de l’année 2016 et je ne serais pas étonné qu’il le soit également en 2017. Il sera président le 20 janvier et alors viendront rapidement ses premières décisions sur les impôts, les infrastructures, la politique étrangère, les barrières tarifaires, le développement énergétique, la lutte contre les changements climatiques. Son programme est si différent de celui de Barack Obama que chacune de ses actions aura une portée majeure.
  2. Après le Brexit, faut-il s’attendre à d’autres coups de gueule? Est-ce que Marine Le Pen sera présidente de la France? Est-ce qu’Angela Merkel va demeurer chancelière de l’Allemagne? Que deviendra l’Italie, dont le premier ministre vient de démissionner? Comment se dérouleront les prochaines étapes du Brexit au Royaume-Uni? Est-ce que l’Écosse s’engagera dans un nouveau référendum pour sortir du Royaume-Uni afin de demeurer dans l’Union européenne?
  3. Est-ce que le prix de l’essence reviendra à 1,40 $/litre, puis à 1,50 $/litre en 2017 ? La question se pose pour deux raisons. D'abord, les producteurs de pétrole, membres et non membres de l’OPEP, ont accepté de réduire leur production. Cette baisse de l’offre a déjà eu un effet sur le prix. Est-ce que la hausse pourrait s’accentuer en 2017? Ce n’est pas clair, puisque les stocks sont encore élevés en ce moment. Ça pourrait retarder la remontée des cours du pétrole. Cela dit, la hausse du prix du carbone au Canada entraînera une progression du prix de l’essence à la pompe. Si ce n’est pas en 2017, ce sera dans les années suivantes.
  4. Les taux obligataires ont bondi après l’élection de Donald Trump en raison de son programme prévoyant des investissements importants dans les infrastructures et un fort endettement. Cette politique est inflationniste, elle fait monter les taux sur les marchés. Est-ce que ça va se poursuivre en 2017? Et les premières décisions du nouveau président vont-elles stopper net la hausse boursière de la fin d’année 2016 ou l’accentuer davantage?
  5. Sur le plan économique, il faut voir jusqu’à quel point les politiques de Donald Trump vont accélérer la croissance aux États-Unis. Une accélération du PIB pourrait profiter aux exportateurs canadiens. Les économistes s’attendent d’ailleurs à une croissance légèrement plus forte au pays en 2017, au Québec notamment, avec une poussée des exportations. Cela dit, une intervention vigoureuse de la Réserve fédérale, avec plusieurs hausses du taux directeur, pourrait calmer les ardeurs économiques. Et faire chuter le dollar canadien!
  6. On devrait, en 2017, signer l’arrêt de mort du Partenariat transpacifique. Donald Trump s’y oppose fermement, il ne semble faire aucun doute que cet accord est voué à l’échec. Ce qui est paradoxal, c’est que la fin du Partenariat transpacifique va faire l’affaire de la Chine, qui voyait cet accord d’un mauvais oeil au moment où les États-Unis créaient une relation plus serrée avec des pays asiatiques. Est-ce que Donald Trump, qui maintient une puissante rhétorique contre la Chine, réalise bien ce qu’il perd en laissant tomber le Partenariat transpacifique?
  7. Parlant de libre-échange, est-ce qu’en 2017 on va lancer de nouvelles négociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain, l’ALENA? Cette possibilité, avancée par le président désigné Donald Trump, provoque des inquiétudes au Canada et c’est sans doute pire au Mexique. Jusqu’où Donald Trump veut-il aller? Le premier ministre Justin Trudeau a clairement dit qu’il était d’accord pour amorcer de nouvelles négociations.
  8. Il faudra surveiller l’affrontement entre l’Irlande et la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, à propos des impôts impayés par Apple en Europe. La commissaire demande à l’Irlande de réclamer 13 milliards d’euros, affirmant que le pays a permis à Apple de payer moins d’impôts que ce qu’elle aurait dû payer. L’Irlande s’y oppose. Cette affaire aura des répercussions sur quantité d’autres multinationales qui s’amusent à faire de l’optimisation fiscale pour réduire le plus possible leur facture d’impôts.
  9. Retenez ce mot : automatisation. Si la Chine, le Mexique et les pays à faibles coûts ont entraîné une vague de délocalisations d'emplois depuis 20 ans, aujourd'hui, la menace réelle à l'emploi, c'est l'automatisation des fonctions. Des projections de toutes sortes sont faites sur le nombre d'emplois appelés à être remplacés par des robots. Avec l'intelligence artificielle et les mégadonnées, il est clair qu'un mouvement de fond est en cours. En 2017, nous allons certainement parler souvent d'automatisation et de robotisation.
  10. Est-ce qu’un autre fleuron du Québec sera vendu à des intérêts extérieurs? Après la vente de Rona et de St-Hubert en 2016, est-ce que SNC-Lavalin, par exemple, est à risque de recevoir une offre hostile ou amicale en 2017? C’est à voir. En attendant, le gouvernement Couillard n’a pas cru bon d'intervenir pour donner plus de pouvoirs et un rôle plus large aux administrateurs d’entreprises dans le cas d’une offre d’une société extérieure au Québec. Tout est possible.
  11. Est-ce que Bombardier réussira à émerger de sa torpeur en 2017? Après une année catastrophique en 2015, alors que l’entreprise a frôlé la faillite, nous a dit le PDG Alain Bellemare, et après 15 000 suppressions d’emplois en 2016, se pourrait-il que 2017 soit l’année des profits, des commandes de C Series, d’un nouveau projet d’avion et… d’un investissement du gouvernement fédéral?
  12. Faut-il s’attendre à une baisse d’impôt dans le budget de Carlos Leitao? Après avoir dégagé un surplus de 3,7 milliards de dollars en 2015-2016 et alors que les surplus s’accumulent depuis le début de l’exercice 2016-2017, est-ce que le gouvernement Couillard est sur le point d’annoncer des baisses d’impôts pour les contribuables québécois? C’est déjà lancé pour les entreprises avec une baisse de cotisations. Voyons la suite, d’autant que le gouvernement assume pleinement ses choix de compressions dans les dernières années en santé et en éducation. Une hausse un peu plus prononcée du salaire minimum est aussi attendue en 2017.
  13. Jusqu’à quel point le marché immobilier va-t-il ralentir en 2017? Une taxe à Vancouver et de nouvelles règles qui rendent l’accès hypothécaire plus difficile pour les premiers acheteurs vont ralentir le marché, possiblement aussi la construction résidentielle. Des baisses de plus de 10 % sont attendues dans les mises en chantier et un ralentissement de la croissance des prix aussi.
  14. En même temps, si l’immobilier et la construction ralentissent l’économie canadienne, les investissements dans les infrastructures par le gouvernement fédéral et la nouvelle Banque de l'infrastructure et une croissance plus forte aux États-Unis pourraient aider l’économie canadienne.
  15. Et le bois d’oeuvre? On a appris juste avant Noël que des tarifs pourraient être imposés sur le bois d’oeuvre canadien aux États-Unis à partir du 21 février. Un long conflit, un autre, s’annonce.

Je vous souhaite de joyeuses Fêtes et une formidable année 2017 : santé, bonheur, des projets, des idées, des réalisations, le plaisir de se lever tous les matins!

Plus d'articles

Commentaires