Retour

Changer ICBC pour éviter une hausse draconnienne de l'assurance automobile, dit un rapport

L'automobiliste moyen en Colombie-Britannique pourrait devoir payer près de 2000 $ par année pour sa prime d'assurance en 2019 si aucune mesure n'est prise pour refaire la structure de l'assurance de base chez l'assureur automobile public ICBC, met en garde un rapport.

Un texte de Nahila Bendali

Le rapport de 203 pages produit par Ernst & Young et commissionné par l’ancien gouvernement libéral a été rendu public lundi. « Le système d’assurance automobile de la Colombie-Britannique a des problèmes structurels importants », souligne le document.

Une réforme en profondeur est requise si ICBC veut éviter d’augmenter ses primes d’assurance de 30 % d’ici deux ans, conclut le rapport.

La province est la deuxième plus cher sur le plan des primes d’assurance automobile, mais l'argent ainsi récolté ne parvient pas à couvrir le montant des réclamations, dévoile le rapport.

Le nombre d’accidents de la route a augmenté de 23 % entre 2013 et 2016, ce qui augmente le nombre de réclamations, précise le document. Le fossé entre les primes de base touchées par ICBC et le total des réclamations se situe à 560 millions de dollars, et pourrait augmenter jusqu’à 1,1 milliard de dollars d’ici 2019 si rien n’est fait, indique le rapport.

Le document propose plusieurs pistes de solution pour éviter une hausse draconienne des primes d’assurance. Certaines suggestions visent la sécurité routière, comme augmenter le nombre de caméras en opération aux intersections, mettre en place des radars photo et augmenter le nombre d’agents pour la sécurité routière. De cette façon, le nombre d’accidents pourrait être réduit sur les routes provinciales, tout comme le nombre de réclamations, estime le rapport.

D’autres suggestions visent le modèle d’assurance automobile de la province. Le rapport suggère par exemple de mettre une limite aux indemnités de souffrance et douleur pour les blessures mineures. Le rapport souligne également que le modèle actuel ne pénalise pas assez les mauvais automobilistes.

Une crise, selon le nouveau gouvernement

Le nouveau ministre responsable d’ICBC, David Eby, n’a pas hésité à qualifier la situation de « crise » et à pointer du doigt l’ancien gouvernement libéral pour cette situation. Il dit vouloir s’assurer de garder les primes d’assurance abordables chez l’assureur public et s’engage à trouver des solutions rapidement. Il a souligné l’importance de pénaliser les mauvais conducteurs et de récompenser ceux qui ont un bon dossier.

David Eby a toutefois fermé la porte à la possibilité d’avoir des photos radars sur les routes de la province, citant des défis avec cette technologie. Le gouvernement néo-démocrate n’a pas non plus l’intention de se tourner vers un modèle d’assurance sans égard à la responsabilité, comme c’est le cas dans certaines autres provinces.

De son côté, l’opposition libérale estime que le gouvernement n’a pas révélé de quelle façon il compte régler la crise financière chez ICBC.

Plus d'articles

Commentaires