Retour

Chasse à l’ours : des pourvoyeurs demandent plus de permis pour les étrangers

Des pourvoyeurs du Nord de l'Ontario critiquent le plafond imposé par le gouvernement provincial sur le nombre de permis octroyés aux chasseurs étrangers.

La Northeastern Ontario Bear Management Association affirme que les vignettes allouées ne sont pas représentatives du nombre d’ours dans la région, d’autant plus qu’un projet pilote de la province autorise la chasse printanière depuis 2014.

Le nombre de permis devrait donc augmenter, selon l'association.

Le président de l'association, Mickey Major, explique que les chasseurs étrangers sont pénalisés. Ils sont pourtant nombreux, des États-Unis notamment, à se rendre dans le Nord de l’Ontario lors de la saison de chasse.

Les chasseurs étrangers génèrent de l’activité économique au Canada. Ils dépensent quand ils viennent ici. C’est un impact économique significatif.

Mickey Major, président de la Northeastern Ontario Bear Management Association

L’enjeu a été abordé lors de la première assemblée générale annuelle de l’association qui s’est tenue à Elk Lake, lundi.

Des représentants du ministère des Richesses naturelles et des Forêts étaient sur place. Quatre députés provinciaux du Nord-Est de la province ont aussi assisté à la rencontre.

Le député néo-démocrate de Timmins-Baie James, Gilles Bisson, croit que l’octroi des permis doit se faire de façon plus équitable entre les différents pourvoyeurs.

Le président de la Northeastern Ontario Bear Management Association, Mickey Major, souhaite poursuivre les discussions avec le gouvernement afin d’assurer un équilibre dans l’octroi des vignettes aux pourvoyeurs au cours des prochaines années.

Plus d'articles

Commentaires