Retour

Chemin de fer gaspésien : une étude pourrait permettre la tenue de travaux temporaires

La Société du chemin de fer de la Gaspésie espère que les résultats d'une étude en cours sur la capacité portante des ponts de Cascapédia-Saint-Jules permettront d'entreprendre des travaux temporaires. Ciment McInnis veut augmenter à 40 par semaine le nombre de wagons de ciment circulant sur le rail.

Actuellement ce nombre est restreint à 10 par semaine par le ministère des Transports.

Québec est le propriétaire du rail gaspésien et deux ponts doivent être reconstruits.

Entre temps, la Société du chemin de fer amorcera l'installation d'un centre de transbordement à Nouvelle, d'où le ciment sera chargé sur les wagons. Les coûts d'aménagement de ce centre sont estimés à 750 000 $.

Les travaux débuteront à la fonte des neiges.

Pour le président de la Société de chemin de fer, Éric Dubé, il n’est pas question d’attendre que les ponts soient remplacés pour permettre l’augmentation du débit de circulation des wagons.

« Le remplacement de ces ponts-là [ne] se fera pas dans les 12 prochaines semaines, on parle plus de 24 à 30 mois, prévoit-il. Il faut un plan qui va nous garantir, le temps du remplacement, qu'on soit capables de tout sortir le volume. »

Ciment McInnis envisageait d'augmenter le transport par voie ferroviaire à 40 wagons par semaine d’ici l’été prochain afin de desservir des clients canadiens et américains. Un volume quatre fois plus élevé que la nouvelle restriction imposée par le gouvernement, pour des raisons de sécurité.

D'après les informations de Pierre Cotton