Retour

Chute des prix pétroliers : des frais de location en baisse en Alberta

Le marché locatif de l'Alberta subit les contrecoups de la chute des cours du pétrole et, déjà, certains propriétaires baissent leurs tarifs de location.

Un texte de Samuel Danzon-Chambaud

En avril, le taux d'inoccupation dans les grandes villes de la province avait fortement augmenté, par rapport à la même période l'an dernier. À Calgary, il était passé de 1,4 % à 3,2 %, tandis qu'à Edmonton, ce chiffre était monté de 1,4 % à 2,4 %.

Dans la municipalité de Wood Buffalo, où se trouve Fort McMurray, le taux d'inoccupation avait même triplé pour atteindre 22,3 % .

L'agence Boardwalk, qui gère 18 000 logements locatifs en Alberta, a noté un ralentissement des affaires, particulièrement dans la région des sables bitumineux.

Elle y a considérablement réduit ses prix. « Les tarifs de location sont de 300 $ à 500 $ moins élevés qu'un an auparavant », a mentionné David McIlveen, directeur du développement communautaire, à propos des loyers pour un deux chambres à Fort McMurray, qui coûtaient 2200 $ l'an dernier.

À Calgary et à Edmonton, Boardwalk offre maintenant des rabais d'au moins 100 $ pour un grand nombre de logements, a-t-il ajouté.

L'agence Mainstreet Equity a pour sa part observé une baisse de la clientèle. « Nos téléphones sonnent toujours, mais moins fort qu'à la même période l'an dernier », a dit son président, Bob Dhillon.

Celui-ci a toutefois rappelé que le marché est, pour le moment, « équilibré ».

Le pétrole en cause

L'augmentation du taux d'inoccupation en Alberta est directement liée à la baisse des cours pétroliers, croit l'économiste David Caron.

La situation économique est moins attrayante aux yeux de ceux songeant à s'installer dans la province, selon lui. « Si on a moins de gens qui déménagent en Alberta et que ces gens-là, leur premier logement, généralement, c'est un logement à loyers [...], alors ça diminue la demande de logements », a-t-il expliqué.

Les propriétaires devront baisser les prix ou offrir davantage de services afin de parvenir à un taux d'inoccupation plus faible, a fait remarquer David Caron.

Jen Martin, une agente immobilière à Economy Management, loue des appartements à des travailleurs de l'industrie pétrolière dans la région d'Edmonton. Malgré des départs soudains, à la suite de pertes d'emplois, elle compte faire des rénovations pour continuer à offrir des prix compétitifs.

Elle se plaint de certains locataires, qui partent en laissant leurs effets personnels. « Le propriétaire est laissé avec les meubles, le loyer pas payé, peut-être les factures pas payées. Il faut tout refaire, puis tout recommencer », a-t-elle noté.

En Alberta, le coût moyen de location d'un logement dans un immeuble était de 1138 $ en avril, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement. L'enquête concernait ceux se trouvant dans les municipalités de plus de 10 000 résidents.

Le baril de brut léger américain valait plus de 100 $US l'été dernier, mais coûte à présent environ 50 $US. Plusieurs entreprises pétrolières ont procédé à des mises à pied dans la foulée de la chute des prix de l'or noir.

Plus d'articles

Commentaires