Retour

Cimenterie à L’Orignal : deux recommandations favorables au projet

Dans l'Est ontarien, le groupe Colacem, qui veut construire une cimenterie à L'Orignal, a reçu une bonne nouvelle vendredi.

Les demandes de modification au Plan de zonage du Canton de Champlain et au Plan officiel des CUPR, déposées par la compagnie en juin dernier, ont reçu l’aval du département d’urbanisme des Comtés unis.

Le directeur du département, Louis Prévost, explique sa décision dans un rapport contenant plus d’une trentaine de pages.

Dans sa décision, l’urbaniste indique, entre autres, que « les procédures et les exigences en vertu de la Loi sur l’aménagement du territoire ont été respectées » et que les deux demandes représentent « de la bonne planification ».

« Le terrain où serait construite la cimenterie se trouve à proximité de la ressource première, c’est-à-dire une carrière de calcaire exploitée par la compagnie. Aussi, le terrain se trouve en bordure de la route de comté 17, une artère primaire. Bref, d’un point de vue urbanistique, je ne peux pas ne pas recommander ces deux modifications-là », a expliqué Louis Prévost lors d’un bref entretien téléphonique.

Deux votes très attendus

Ce sont toutefois les élus du Canton de Champlain et les maires des CUPR qui doivent trancher les deux questions.

Dans un premier temps, les élus du Canton de Champlain vont passer au vote lors d’une réunion spéciale tenue mardi soir prochain pour se prononcer sur la modification de zonage demandée par la compagnie.

Le terrain où le groupe italo-canadien veut construire son usine - un projet évalué à 225 M$ - nécessite une catégorie d’usage « industriel lourd ».

La cimenterie doit occuper une superficie d’une quarantaine d’hectares, ce qui équivaut à environ 25 fois le Centre Bell, à Montréal.

Le lendemain, le 25 janvier, ce sera au tour des huit maires de la région de se pencher sur la seconde demande de Colacem, laquelle exige un amendement au Plan officiel des CUPR.

Nul doute que les deux réunions vont attirer beaucoup de citoyens de L’Orignal qui, pour la grande majorité, s’opposent au projet.

« Nous ne sommes pas surpris par les recommandations. De toute façon, nous autres, on parle aux élus, non pas au département d’urbanisme. C’est clair que les citoyens n’en veulent pas de cette industrie. Nous avons encore espoir que les élus vont faire la bonne chose, qu’ils vont dire " non " au projet », a indiqué André Chabot, membre du regroupement citoyen Action Champlain.

Après les deux votes, le département d’urbanisme aura 15 jours pour publier les avis de décision.

Avec les informations du journaliste Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires