L'annonce de l'arrivée du Club Med au Massif de Charlevoix reçoit un accueil favorable notamment de la part des maires sortants de la région. La nouvelle a été officiellement confirmée jeudi après-midi.

Le maire sortant de Baie-Saint-Paul, Jean Fortin, se dit « très heureux » de la nouvelle.

Il estime que le projet de 120 millions de dollars comptant un hôtel de 350 chambres aura des retombées importantes pour la région.

« Ça va amener une nouvelle clientèle. Je pense que cette montagne-là est un outil de développement régional. C’est important pour nous, et là on vient d’assurer son développement pour les prochaines années. »

Il ne croit pas que l’arrivée du Club Med créera une concurrence indue pour les hôtels de sa ville.

À Québec, le maire sortant, Régis Labeaume, est également enthousiaste. Il rappelle qu’il a appuyé le projet.

« Je dirige le forum des maires de la région de Québec avec tous les maires de la CMQ, avec Portneuf et Charlevoix et on les appuyés publiquement il y a quelques mois. Moi, j’ai tenté d’aider aussi pour que ça fonctionne. C’est une magnifique nouvelle pour Québec. »

Des défis

Selon Michel Archambault, professeur émérite en tourisme et fondateur de la Chaire de Tourisme Transat à l’Université du Québec à Montréal, le projet de Club Med semble bien ficelé financièrement.

Des défis attendent toutefois les opérateurs pour assurer la viabilité du projet. La main-d’œuvre et les infrastructures des transports devront être au rendez-vous, mentionne M. Archambault.

« Est-ce que l’accès à la destination de l’aéroport de Québec va être facile? C’est toujours un défi surtout en hiver. […] Mais on sait que le Club Med est un bon opérateur de villages de vacances, surtout en hiver », dit-il.

Le Massif de Charlevoix deviendra le premier endroit au Canada à développer un Club Med. Le projet a été dévoilé lors d’une conférence de presse à Québec en présence de représentants des trois paliers de gouvernement.

Plus d'articles

Commentaires