Retour

Commerces de détail à Montréal : « Il y a urgence de redresser la barre »

Un comité consultatif recommande à la Ville de Montréal de réduire l'écart entre les taxes résidentielles et commerciales afin que la ville « conserve sa vitalité économique et sociale ».

Il s’agit de l’une des 23 recommandations que compte le rapport déposé lundi par le comité, formé plus tôt cette année à la demande de la Ville et dirigé par le président de Desjardins, Guy Cormier.

« Le commerce est une partie essentielle de notre trame urbaine. Toutefois, il a subi de nombreux changements au cours des dernières années notamment en raison du commerce numérique, des hausses des évaluations foncières et des nouvelles habitudes de consommation », peut-on lire en introduction du rapport.

Afin d’agir « pour que Montréal conserve sa vitalité économique et sociale », le comité s’est intéressé à un large éventail d’enjeux, notamment l’amélioration de la gestion des chantiers de construction, la compensation des commerçants, l’allégement de la fiscalité des commerces et la simplification de la réglementation.

Le comité propose entre autres de réduire la taxe foncière non résidentielle pour le premier demi-million de dollars d'évaluation et d'autoriser le paiement annuel des taxes en six versements.

Il recommande également à la Ville d'« adopter un programme de compensation pour les commerçants ayant subi des inconvénients majeurs » en raison de travaux menés dans leur quartier – une mesure qui figurait dans la plateforme électorale de Projet Montréal et dont les paramètres devraient être annoncés sous peu.

« La recommandation la plus importante touche la gestion des chantiers », a résumé Guy Cormier. « Il est important de compenser nos commerçants, et il est important de réduire significativement les délais pour ce qui encadre la gestion des chantiers à Montréal. »

Le but de la mairesse Valérie Plante avec ce comité était d’obtenir de l’aide pour revoir son « Plan commerce » et de trouver des solutions au déclin du commerce de détail. Ce travail peut maintenant commencer.

« Le défi est maintenant de mettre ces solutions en oeuvre rapidement, afin que les commerçants en bénéficient dès que possible », a réagi Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.