Retour

Compteurs intelligents : le plan d’Énergie NB n’est pas brillant, selon des experts

Le plan de la société Énergie NB pour dépenser plus de 120 millions de dollars afin de passer aux compteurs intelligents doit être rejeté, selon plusieurs experts.

Énergie NB veut installer 355 000 compteurs intelligents chez tous ses abonnés au cours des trois prochaines années. Elle a besoin pour ce faire de l’autorisation de la Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick.

Le projet dans sa forme actuelle peut constituer un fardeau financier pour Énergie NB et ses abonnés et il ne définit pas clairement les bénéfices que l’on peut en tirer, selon Edmund Finamore, consultant en matière de compteurs intelligents en Pennsylvanie embauché par l’intervenante du public au Nouveau-Brunswick, Heather Black, pour étudier le plan.

D’autres consultants de la région de Boston qui ont étudié le plan à la demande de la Commission de l’énergie et des services publics concluent aussi qu’il comporte des faiblesses.

Énergie NB a considérablement sous-estimé les coûts et surestimé les bénéfices de son projet, selon cinq analystes de la firme Synapse Energy Economics, à Cambridge, au Massachusetts. Ils recommandent à la Commission de l’énergie et des services publics de rejeter le projet.

Énergie NB parle depuis des années de passer aux compteurs intelligents pour aider ses abonnés à réduire leur consommation d’énergie aux heures de pointe. Ces appareils que l’on peut suivre d’un ordinateur donnent une mesure de la consommation plusieurs fois par heure, contrairement aux compteurs conventionnels qui donnent une mesure relevée une fois par mois.

La société d’énergie tentera de convaincre la Commission de l’énergie et des services publics du bien-fondé de son projet dans des audiences publiques le mois prochain.