Retour

Congrès Pour que le Québec ait meilleure mine : les redevances minières sont-elles suffisantes?

Les redevances de l'industrie minière ne sont pas bien structurées, estime l'économiste Érik Bouchard Boulianne.

Avec les informations de Piel Côté

M. Bouchard Boulianne a tenu ce discours en marge du Congrès de l'organisme Pour que le Québec ait meilleure mine, dont le titre est « 10 ans d'action ».

Les redevances actuelles sont en fonction du profit minier, soit le prix de vente que la société minière obtiendra de ses produits.

Selon l'ancien coordonateur du collectif Échecs aux paradis fiscaux, Érik Boulianne Bouchard, les redevances devraient plutôt être liées à une autre donnée.

« On devrait baser les redevances sur la valeur brute de l'exploitation, sur la valeur brute de production, avec un taux minimum qui serait assez bas », croit-il.

« On pourrait dire à telle société minière, vous sortez tant de quantité de métaux et sur les marchés mondiaux en bourse, ça vaut tant, alors on impose une redevance de 3 %, par exemple, sur cette valeur-là », complète-t-il.

L'un des objectifs du congrès de Pour que le Québec ait meilleure mine est de formuler des recommandations au gouvernement.

Il faudra suivre ce week-end si la proposition fiscale d'Érik Boulianne Bouchard sera retenue parmi les recommandations finales du forum, qui se tient vendredi et samedi à Rouyn-Noranda.