Retour

Coup dur pour Hydro-Manitoba : l’ONE tiendra compte de l’entente conclue avec la MMF

L'Office national de l'énergie (ONE) a entendu la Fédération des Métis du Manitoba (MMF) mardi, dans le cadre des audiences publiques pour la ligne de transmission d'électricité Manitoba-Minnesota. L'Office tiendra compte de l'entente conclue avec Hydro-Manitoba pour rendre sa décision, peu importe la validité de cette entente aux yeux du gouvernement provincial.

Un texte de Mathilde Monteyne

L'entente conclue entre la société d'État et la MMF porte sur 67,5 millions de dollars destinés à permettre l'avancée de plusieurs projets, dont la ligne de transmission Manitoba-Minnesota. Elle a été annulée en mars par le premier ministre Brian Pallister qui avait laissé entendre qu'il s'agissait d'une sorte de pot-de-vin.

L’avocat de la MMF, Jason Madden, a expliqué durant l’audience qu’il ne demandait pas à l’ONE de se prononcer sur la validité formelle de l’entente, mais bien de tenir compte de son existence pour prendre sa décision.

Du côté d’Hydro-Manitoba, on a soutenu que la querelle qui les oppose à la MMF ne concerne en rien l'ONE. Selon leur représentant, « la MMF avait intenté une action en justice, donc cela aurait dû se discuter devant la Cour du Banc de la Reine ».

Les représentants de la société d’État ont affirmé, en outre, qu’il n’y avait aucun accord au sens légal du terme. Jason Madden s’est offusqué de ces déclarations, affirmant que les Métis se retrouvaient, impuissants, devant un gouvernement qui laisse entendre qu’ils ont accepté qu'on achète leur silence.

Hydro-Manitoba se dit déçue de la décision de l’ONE, mais poursuivra les auditions avec la même détermination.

Des retards déjà anticipés

Cette querelle risque de retarder la construction du projet de transmission. Car si l’Office ne reconnaît pas l’entente comme un élément clé dans l’approbation du projet, il faudra tout reprendre à zéro : s’assurer, à nouveau du soutien de la MMF et mettre en place des mesures d'accommodement.

De plus, Hydro-Manitoba a affirmé qu’elle ne prévoyait pas de proposer d'autres accords à la MMF tant que le conflit actuel n'était pas résolu.

« Les Métis sont traités injustement »

La MMF a soulevé le fait qu'Hydro-Manitoba a passé d'autres accords avec plusieurs Premières Nations. « Ce qui est inquiétant, souligne Jason Madden, c’est que le premier ministre ne semble pas avoir de problème avec ces autres ententes. Alors, il faut poser la question : pourquoi cela convient-il pour les Premières Nations et pas pour les Métis? »

Plus largement, l’avocat de la MMF ajoute que le message envoyé à tous les peuples autochtones de la province, c’est qu’Hydro-Manitoba ne peut pas honorer ses engagements. « Quand on se met à table pour négocier avec eux, cela ne sert à rien car il y a quelqu'un d'autre (le gouvernement) qui tire les ficelles derrière. »

La MMF soutient que si elle avait su que l'entente pouvait être annulée, elle n'aurait pas soutenu les autres projets contenus dans celle-ci, comme la ligne de transmission à l’est du lac Winnipeg, pour lesquels une autorisation a déjà été délivrée.

Jason Madden soutient que « ce cas est important pour tout le Canada. Il est essentiel, pour la réconciliation, que les ententes négociées avec les peuples autochtones soient honorées ».

La saga de cette entente risque de connaître d’autres rebondissements, et il en ira probablement de même pour la suite des audiences publiques. Mercredi matin, c’est l’association représentant des résidents dont le terrain sera directement affecté par la ligne qui s’exprimera, et certains ont déjà fait part de leur mécontentement.