Retour

Crise de la crevette : le PQ interpelle Laurent Lessard

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, demande au ministre des Pêches, Laurent Lessard, d'agir rapidement pour soutenir l'industrie de la crevette nordique qui doit composer cette année avec une importante baisse de quotas.

Un texte Joane Bérubé

Le député de Bonaventure estime que l’industrie des pêches de la Gaspésie et de la Côte-Nord traverse une crise majeure et qu’elle a besoin de l’intervention de Québec.

Les scientifiques prévoient d’ailleurs que la baisse de la biomasse de crevettes nordiques dans le golfe se poursuivra. Cette diminution est en grande partie attribuable à l’arrivée massive d’un prédateur, le sébaste, dont la pêche pourrait être bientôt autorisée après plus de 20 ans de moratoire.

Le député demande donc au ministre des Finances Carlos Leitao d'inclure des mesures financières dans le budget qui sera déposé mardi prochain pour les pêcheurs et travailleurs d'usine touchés par le déclin de la crevette.

« Le Québec a des surplus, ils sont capables d’avancer de l’argent pour soutenir l’industrie de la pêche et aider les travailleurs qui vont vivre des moments difficiles dans les prochaines semaines et les prochains mois », fait valoir le député de Bonaventure.

Du même souffle, le député de l'opposition souhaite que le ministre Laurent Lessard convoque rapidement une rencontre avec son homologue fédéral, Dominic LeBlanc. Ottawa versera 325 millions de dollars pour soutenir l'industrie des pêches des provinces maritimes.

Grâce à cet argent, les provinces maritimes seront à même d’adapter la filière au retour du sébaste et prendront de l’avance sur l’industrie du Québec, croit le député qui y voit une concurrence déloyale. Le Québec a aussi droit à sa part, soutient Sylvain Roy.

« On a, dit-il, des centaines de millions qui s’en vont en Atlantique pour soutenir la pêche et on n’a rien pour le Québec dans un contexte où on diminue les quotas de manière drastique. On a un gros problème d’équité. Ça va prendre des sous pour passer au travers des baisses de quotas et adapter l’industrie à une nouvelle réalité qui pourrait être la transformation du sébaste. Il faut que quelqu’un fasse ses devoirs. »

Le député interpelle aussi la députée fédérale de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu, Diane Lebouthillier.

Si l’industrie du crabe subit les contrecoups des mesures de protection de la baleine noire, les travailleurs d’usine vont avoir besoin d’aide, croit-il. « Il va falloir penser à réformer l’assurance-emploi pour que les gens évitent de remplir la carte de crédit ou d’hypothéquer la maison avec le trou noir », commente le député.

Les crevettiers du golfe se partageront cette année un quota de 17 337 tonnes. L'an dernier, les débarquements de crevettes nordiques avaient atteint plus de 22 431 tonnes.

Le ministre Laurent Lessard n'a pas répondu à nos appels.