Retour

Crise des prêts à risque : JPMorgan Chase et Lehman Brothers règlent un vieux contentieux

Près de huit ans après les faits, la banque JPMorgan Chase versera 1,42 milliard de dollars à Lehman Brothers pour s'être remboursée en quatrième vitesse, en pleine crise des prêts à risques, communément appelés subprimes.

L'empressement de la plus importante banque des États-Unis à récupérer ses billes avait contribué à accélérer la faillite de Lehman Brothers, dont la banqueroute, le 15 septembre 2008, a déstabilisé le système financier mondial.

« Cet accord résout deux des principaux litiges contre [JPMorgan]... en échange d'un paiement en numéraire de 1,42 milliard de dollars, et Lehman Brothers accepte de retirer ses plaintes », est-il précisé dans cet accord conclu entre les deux parties, rendu public lundi, et qui doit encore être approuvé par un juge à Manhattan.

À l'époque des faits, plusieurs filiales de JPMorgan Chase, qui avaient accordé des prêts à Lehman Brothers via des produits financiers complexes, avaient exigé de récupérer en priorité leur mise, alors que s'aggravait la situation financière.

JP Morgan se serait servie de son statut de principale banque « d'assainissement » de Lehman Brothers pour prélever des milliards de dollars de garanties dans ses comptes, juste avant la faillite de cette banque d'investissement.

Des créanciers de Lehman Brothers affirment que JP Morgan n'avait pas besoin de ces garanties et qu'elle s'est ainsi enrichie à leurs dépens.

Retour sur une faillite aux conséquences planétaires

La faillite de Lehman Brothers a été causée par la folie du crédit hypothécaire qui s'était emparée des États-Unis au début des années 2000, encouragée par les banques.

De nombreuses banques avaient en effet accordé d'innombrables prêts immobiliers à des personnes n'ayant pas les reins financiers assez solides.

Or, au même moment, les banques se lançaient dans la titrisation de ces prêts immobiliers à risques (dits subprimes), une technique qui consistait à les transformer en titres financiers qu'elles vendaient sur des marchés qui n'étaient ni centralisés ni régulés.

La multiplication des faillites par les individus ayant contracté ces prêts à risque a entraîné la chute des prix de l'immobilier, venant ainsi plomber la valeur de ces titres financiers.

S'ensuivirent alors des pertes en cascade pour les banques, incapables de se débarrasser de titres qui avaient perdu presque toute valeur.

Lehman Brothers, confrontée à un manque de liquidités, a dû vendre des milliards d'actifs, voyant ainsi sa capitalisation boursière chuter des trois quarts.

Finalement, le 15 septembre 2008, faute de repreneurs et d'aide du gouvernement américain, elle déclarait faillite, entraînant avec elle la bourse américaine, suivie quelques semaines plus tard de toutes les autres bourses mondiales.

Lehman Brothers était la quatrième plus grande banque des États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires