Retour

Croissance plus timide de l’économie de Québec en 2018

L'économie de la région de Québec sera de nouveau en croissance en 2018, mais elle sera toutefois moins prononcée que l'année dernière, prédisent des économistes.

Ce ralentissement s'explique entre autres par le taux de chômage qui demeurera à nouveau très bas. Le recrutement de personnel causera donc bien des maux de tête aux entrepreneurs.

« Le défi pour l'année 2018 dans la région de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale va être la rétention et le recrutement de travailleurs », estime Chantal Routhier, économiste chez Desjardins.

Le Vice-président principal et économiste en chef, iA Groupe financier, Clément Gignac, abonde dans le même sens.

Miser sur la qualité de vie

Il faut miser sur la qualité de vie dans la région pour attirer des travailleurs immigrants, conseille M. Gignac. Pour ce faire, les villes et les gouvernements devront toutefois délier les cordons de la bourse, selon lui.

« Investir dans nos infrastructures parce que la région de Québec, par rapport aux autres régions en Amérique du Nord ou en Europe, c’est vraiment déficient du côté des infrastructures de transport collectif régional », dit-il.

L'incertitude des secteurs manufacturiers et forestiers explique aussi les prévisions d’une croissance économique plus timide.

Une baisse des activités dans l’immobilier est aussi envisagée en raison de l'endettement des ménages et des nouvelles règles mises en place pour l'obtention de prêts hypothécaires.

D'après les informations de Guylaine Bussière