Retour

Cryptomonnaies : Baie-Comeau devant la Régie de l'énergie

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, a pris la parole lors d'une audience de la Régie de l'énergie, mercredi à Montréal. Il a réitéré son désir d'accueillir dans sa ville des entreprises liées aux chaînes de blocs et à la cryptomonnaie.

Un texte de Laurence Royer

Baie-Comeau veut pouvoir imposer les tarifs qu'elle croit justes aux clients de son réseau électrique municipal, plutôt que le tarif dissuasif provisoire de 15 cents le kilowattheure présentement imposé par Hydro-Québec aux entreprises qui visent un usage cryptographique.

Hydro-Québec affirme qu'elle a reçu plus de 300 demandes de clients de cette industrie, ce qui totalise environ 18 000 mégawatts, soit 40 % de la production d'électricité au Québec.

Yves Montigny affirme qu'en raison de ce tarif dissuasif, deux promoteurs ont déjà renoncé à établir leur projet à Baie-Comeau.

Le directeur général de l’entreprise GPU.one, qui souhaite installer un centre de données à Baie-Comeau, s'est aussi fait entendre devant les représentants de la Régie de l'énergie. Selon Vladimir Plessovskikh, le tarif d'Hydro-Québec crée de l'incertitude au sein de son entreprise. Il affirme avoir déjà investi beaucoup d’argent dans ce projet qui pourrait ne jamais prendre forme en raison de ce tarif dissuasif.

En ce moment, la société d'État fournit 34 mégawatts à une dizaine de clients liés au secteur des chaînes de blocs et de la cryptomonnaie. Certains de ces clients prévoient un accroissement de puissance et des projets d'autres clients ont été acceptés, si bien qu'Hydro-Québec a octroyé 155 mégawatts à cette industrie à ce jour.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais