Retour

Cryptomonnaies : le maire de Matane surpris par l'orientation d'Hydro-Québec

Jérôme Landry se dit surpris de l'incapacité d'Hydro-Québec à répondre aux demandes des acteurs de l'industrie des cryptomonnaies qui souhaitent s'installer dans la province pour profiter des bas prix de l'électricité.

Un texte de Félix Morrissette-Beaulieu

Les surplus en électricité engrangés par le secteur éolien auraient pu donner la marge de manœuvre nécessaire à Hydro-Québec pour le développement de cette industrie en pleine expansion, déplore le maire.

Hydro-Québec a mis un frein au développement de l'énergie éolienne, croit Jérôme Landry.

La société d'État soutient qu'elle ne sera pas en mesure de répondre à l'ensemble de la demande prévue à long terme dans le secteur des cryptomonnaies et souhaite revoir sa stratégie commerciale. La semaine dernière, Hydro-Québec disait recevoir une douzaine de demandes par jour pour l'installation de « mines » potentielles.

À la recherche d'énergie propre

Les entreprises spécialisées dans les cyptomonnaies sont souvent à la recherche d’énergie renouvelable, selon Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec.

« [Il serait] grandement avantageux, pour ces grands promoteurs-là, d’avoir une énergie renouvelable, à un coût aussi abordable », croit M. Landry.

Le maire compte discuter avec d’Hydro-Québec de la question des surplus énergétiques lors du colloque de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable, qui a lieu les 7 et 8 février à Québec.