Retour

D'anciens employés d'Hydro Toronto inquiets de l'état du réseau

Les récents incidents survenus dans des chambres électriques souterraines au centre-ville de Toronto provoquent la crainte et la colère d'anciens employés d'Hydro Toronto. Ils affirment que les événements des dernières semaines sont symptomatiques de la dégradation du réseau électrique. Leur ancien employeur, de son côté, parle plutôt de cas isolés, sans grand danger pour le public.

Un texte de Mathieu Simard

David Grant a fait carrière à Hydro Toronto pendant 31 ans. L’ingénieur a occupé des fonctions de cadre pour la société avant de prendre sa retraite en 2011. Selon lui, les deux incidents survenus dans le système de distribution d’électricité sont le résultat du manque de maintenance.

« Les incendies dans les chambres électriques et l’équipement qui explose sont des problèmes sérieux. Je m'inquiète de la sécurité du public », indique-t-il.

Avant de partir à la retraite, David Grant avait déjà remarqué que la fréquence des travaux de maintenance et leur exhaustivité avaient été réduites. Avec des douzaines d’anciens collègues, il veut mettre en garde le public contre ce qu’il qualifie de manque de rigueur à Hydro Toronto.

« En me basant sur mes connaissances, je crois que les travaux actuels sont insuffisants pour prévenir les incidents comme ceux dont nous avons été témoins », dit-il. L’ex-employé admet cependant qu’il est impossible d’arriver à un « risque zéro », malgré toutes les précautions.

Deux incidents, deux causes

Hydro Toronto assure pour sa part que les deux incidents n’ont en commun que le moment où ils sont survenus.

La porte-parole Tori Gass a indiqué « comprendre qu’il s’agit d’une situation inquiétante, particulièrement pour les résidents du centre-ville », mais a assuré que les deux événements ne sont pas liés.

L’épisode survenu le 1er mai aurait été causé par une accumulation d’eau dans une chambre électrique sous la rue King Ouest, suivant de fortes précipitations.

Selon Hydro Toronto, celui du 14 juillet serait dû à une « défaillance de base » dans un câble électrique qui n’a finalement produit que du bruit et de la fumée, contrairement aux informations rapportées par la police qui parlait d’explosion.

La société assure avoir augmenté la fréquence de ses inspections dans les chambres souterraines pour « prévenir les incidents similaires ».

Hydro Toronto assure que toutes les chambres électriques sont inspectées au minimum deux fois par année.

« Nous avons augmenté le nombre d’inspections dans nos chambres souterraines », a ajouté Tori Gass.

Un système vieillissant

Dans un rapport déposé devant Commission de l’énergie de l’Ontario en 2011, Hydro Toronto avouait déjà que son système de distribution était vieillissant. On peut lire dans le document que le système souterrain contient « des infrastructures âgées qui approchent leur fin de vie utile ».

La direction de la société le reconnaît encore aujourd’hui : elle doit faire du rattrapage pour changer de l’équipement devenu désuet.

« L’infrastructure à Toronto vieillit, indique Tori Gass. C’est une bataille que nous avons entreprise il y a quelques années. »

En 2011, 37 % des infrastructures de la société avaient dépassé la durée de leur vie utile. Une proportion qui a été réduite à 33 % en 2016.

Hydro Toronto demeure positive et explique que la modernisation du système qui a commencé au cours des dernières années porte déjà fruit. Le nombre et la durée des pannes de courant dues à une défaillance du réseau sont à la baisse.

Plus d'articles

Commentaires