Retour

Davantage de homards néo-écossais dans l'assiette des Chinois

La Nouvelle-Écosse annonce avoir conclu une entente avec un géant chinois du commerce en ligne qui lui permettra d'exporter davantage de son homard vivant en Chine.

Le protocole d’entente lie l’entreprise de commerce de détail électronique Tmall-Alibaba et la Nouvelle-Écosse, où trois exportateurs de homard locaux ont été sollicités pour prendre part au projet pilote.

La province verra donc ses exportations de homard vivant croître, comme l’a annoncé par voie de communiqué mercredi le ministre des Pêches et de l’Aquaculture, Keith Colwell.

Au cours du projet à long terme, ce sont 300 000 homards vivants qui seront expédiés à l’entreprise.

« Le homard et les fruits de mer de la Nouvelle-Écosse sont reconnus à l’échelle mondiale pour leur qualité, tous cueillis dans les eaux pures et froides de l’Océan Atlantique », affirme M.Colwell.

Le ministre affirme aussi que le protocole d’entente permettra d’établir une chaîne d’approvisionnement entre la province de l’est et la Chine, en plus d’accroître l’un des plus importants marchés néo-écossais et d’élever les standards de qualité pour le commerce de homard vivant.

« C’est un honneur pour nous de faire partie de ce projet d’exportation de homard vivant entre la Nouvelle-Écosse et Tmall-Alibaba », indique pour sa part Robert MacDonald, président-directeur général des Pêcheries Gidney, soit l’une des entreprises du projet.

Afin de réduire les cas de mortalité du crustacé, une entreprise sans but lucratif spécialisée s’est jointe au projet. Perennia est l’entreprise qui a été chargée d’élaborer une procédure stricte pour assurer la qualité du produit. Il est aussi question d’élaborer une formation spécialisée.

Dans ce même communiqué, le ministère affirme que la Nouvelle-Écosse est le principal exportateur de homard vivant au Canada. En 2015, la province a expédié l’équivalent de 113 millions de dollars de homard vivant en Chine.

Plus d'articles