Retour

De la recherche sur de petits réacteurs nucléaires au Nouveau-Brunswick

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick annonce un partenariat avec une société américaine, Advanced Reactor Concepts, qui cherchera à développer de petits réacteurs modulaires dans la province.

L’annonce avait lieu à la centrale nucléaire de Point Lepreau, dans le sud-ouest de la province, lundi matin.

Le président-directeur général d’Advanced Reactor Concepts, Donald Wolf, était sur place. Son entreprise tente de développer des réacteurs qui produiront 100 MG d’électricité.

À titre de comparaison, la centrale de Point Lepreau a une capacité nette de 660 MG d’électricité. Elle subvient à environ le tiers des besoins énergétiques de la province.

Advanced Reactor Concepts (ARC) investira 5 millions de dollars dans des activités de recherche et de développement au Nouveau-Brunswick et ouvrira un bureau à Saint-Jean.

L’entreprise cherche à mettre au point et à commercialiser un réacteur à conception métallique refroidi au sodium. Elle utilise notamment la technologie de GE Hitachi Nuclear Energy. Selon le site web d’ARC, son réacteur intègre une technologie qui a fait ses preuves depuis 30 ans aux États-Unis, l’EBR-II, et comprend des dispositifs qui préviendraient un accident nucléaire.

Donald Wolf croit que le réacteur de son entreprise pourrait être commercialisé dès 2028.

« Cette nouvelle technologie nous [permettrait] de construire une centrale quand on en a besoin », a déclaré Gaëtan Thomas, président-directeur général d’Énergie NB, présent à l’annonce.

Un 2e réacteur à Point Lepreau

Dans le passé, le gouvernement provincial a envisagé l’installation d’un deuxième réacteur à Point Lepreau notamment pour mieux contrôler les prix de l’électricité et pour limiter l’émission de gaz à effet de serre.

Une étude avait d’ailleurs conclu à la faisabilité de ce projet, en 2008. Une partie de l’électricité produite aurait été destinée à des marchés extérieurs.

Gaëtan Thomas a répété, lundi, que le nucléaire fait partie selon lui de la solution pour réduire les émissions polluantes de la province.

Le ministre du Développement de l’Énergie et des Ressources, Rick Doucet a renchéri. « Nous sommes heureux de constater que nous avons des partenaires à la table qui ont la capacité de faire des progrès dans ce secteur, alors que nous cherchons à faire la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. »

Il a précisé que le gouvernement n’investirait pas d’argent dans ce projet de recherche et développement. Le gouvernement Gallant a cependant annoncé récemment un financement de 10 millions de dollars dans un groupe de recherche nucléaire formé par la Société de solutions énergétiques du Nouveau-Brunswick, partenaire du projet.

Plus de détails à venir

Avec des informations de Michel Nogue

Plus d'articles