Retour

De nouvelles installations dès 2017 pour attirer les croisiéristes à Montréal

Malgré l'absence d'investissements du gouvernement fédéral, le projet de réhabilitation de la jetée Alexandra et de la gare maritime Iberville sera réalisé à temps pour la saison 2017 des croisiéristes, a annoncé lundi l'Administration portuaire de Montréal (APM).

L'APM investira finalement 43 millions de dollars dans le projet, alors qu'elle prévoyait jusque-là en injecter 17 millions, a confirmé sa présidente-directrice générale, Sylvie Vachon, après avoir appris que le gouvernement fédéral ne délierait pas les cordons de sa bourse.

« On a soumis notre projet pour avoir une contribution financière fédérale dès 2014. On a revérifié avec l'arrivée du nouveau gouvernement. Le problème se situait au niveau de l'éligibilité de notre projet dans le programme de subventions qui existe déjà », a expliqué Sylvie Vachon en entrevue à RDI.

Québec investira 20 millions de dollars, et la Ville de Montréal, 15 millions, comme ils l'avaient déjà annoncé.

Le projet de développement de 78 millions de dollars avait été annoncé il y a un an et demi, bien qu'il soit dans les cartons depuis environ cinq ans.

« L'heure est arrivée d'offrir des infrastructures maritimes à la hauteur de la renommée internationale de Montréal pour l'accueil des croisiéristes », a résumé Sylvie Vachon, dans une conférence de presse tenue en matinée.

Le projet, piloté par la firme d'architectes Provencher Roy, prévoit notamment que :

  • la gare maritime sera reconstruite de manière que l'accueil des croisiéristes se fasse au rez-de-chaussée plutôt qu'au premier étage, afin de répondre aux besoins des opérateurs;
  • la gare sera rapprochée du Vieux-Montréal, puisque son accès principal sera localisé à l'entrée de la jetée. L'empreinte originale du bâtiment sera respectée, assure-t-on;
  • la gare secondaire sera réaménagée pour permettre l'accueil simultané de deux navires de croisière;
  • l'allée centrale entre la gare principale et la gare secondaire sera dégagée pour améliorer la circulation des autobus et des taxis. Des espaces de stationnement seront tout de même maintenus;
  • le bout de la jetée sera dégagé et abaissé pour offrir un accès privilégié au fleuve pour les citoyens, ainsi qu'un accès additionnel pour des navires de plus petite taille;
  • un toit vert surplombera la nouvelle gare pour réduire les îlots de chaleur et servir d'observatoire à longueur d'année;
  • un centre d'interprétation des activités portuaires qui aura pour mandat de démystifier les activités du port de Montréal sera créé;
  • une tour d'observation prenant les allures d'un phare du 21e siècle offrira une nouvelle perspective sur le fleuve. Cette tour ne sera prête qu'en 2019.

En raison des travaux d'aménagement qui auront lieu cette année, la jetée Alexandra sera fermée en 2016. Les croisiéristes s'arrêteront donc à l'est du pont Jacques-Cartier, à la hauteur de la rue d'Iberville. Un premier chapiteau a été installé pour accueillir les touristes, et un second le sera d'ici peu.

Mme Vachon assure qu'il s'agit de chapiteaux « de belle classe », qui n'auront « pas l'air trop temporaires », et à partir desquels les passagers pourront emprunter des navettes en direction de l'aéroport ou du Vieux-Montréal.

Profiter d'une industrie en croissance

Selon Mme Vachon, 72 bateaux de croisière transportant 91 000 touristes et membres d'équipage ont fait un arrêt au port de Montréal en 2015, dépensant du coup 19 millions de dollars dans la métropole. Il s'agit d'une hausse d'achalandage de 91 % en cinq ans.

« Il est clair qu'il faut profiter de la hausse de l'achalandage de voyageurs pour moderniser nos installations afin d'en accueillir encore plus », a commenté le maire Denis Coderre, en parlant d'une « opportunité de croissance formidable ».

La concrétisation du projet, a-t-il dit, constitue un « beau cadeau pour le 375e anniversaire de Montréal », qui sera célébré l'an prochain. « On espère beaucoup de touristes en provenance de partout dans le monde. »

La ministre du Tourisme, Julie Boulet, a souligné que le projet de l'APM s'inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des croisières internationales, mais aussi de la stratégie maritime du gouvernement du Québec.

Elles visent toutes deux à accroître le nombre de touristes et les revenus qu'en tire l'industrie touristique de la province, ainsi qu'à stimuler l'économie des régions et à créer des emplois.

Voyez la vidéo promotionnelle du projet :

Des gens d'affaires satisfaits

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain salue la concrétisation du projet. « Les installations actuelles étaient désuètes et n'évoquaient pas du tout le positionnement de Montréal comme destination touristique internationale de premier ordre », souligne son président et chef de la direction, Michel Leblanc.

« Ces travaux contribueront à améliorer l'accueil des croisiéristes qui accostent au port et permettront d'attirer les plus grandes lignes mondiales de tourisme maritime, ajoute-t-il. Il s'agit d'une clientèle très lucrative et en pleine croissance dont les commerces de la métropole pourront tirer profit. »

La Fédération des Chambres de commerce du Québec abonde dans le même sens. « Cet appui au port de Montréal est une démonstration du riche potentiel de la valeur économique de notre fleuve et du développement touristique québécois », estime sa présidente-directrice générale, Françoise Bertrand.

Selon elle, l'investissement permettra à la région de Montréal et au secteur touristique québécois « d'exploiter ses infrastructures et ses produits touristiques à [leur] pleine mesure, tout en profitant de la croissance importante du segment des croisières observée dans plusieurs pays ».

Plus d'articles

Commentaires