Howard Schultz, celui qui a fait des cafés Starbucks une multinationale qui a transformé le marché du café en Amérique du Nord annonce qu'il quittera bientôt ses fonctions au sein de l'entreprise, relançant les rumeurs sur une éventuelle candidature aux présidentielles américaines de 2020.

Dans un communiqué, Starbucks a fait savoir qu’Howard Schultz quittera ses fonctions de président exécutif de l’entreprise le 26 juin prochain pour se consacrer à l’écriture d’un livre.

Cette annonce survient à peine deux mois après le départ de M. Schultz du poste de PDG, qu’il a confié au numéro deux de l’entreprise, Kevin Johnson. Howard Schultz n’avait alors conservé que le poste de président exécutif, qu’il quittera sous peu.

M. Schultz tenait les rennes de l'entreprise dpeuis 2008.

C’est Myron Ullman, ancien PDG de l'enseigne américaine J.C Penney, qui lui succédera dans ses fonctions.

En réflexion sur son avenir

Selon Starbucks, le livre que compte écrire Howard Schultz sera consacré à l'impact social de Starbucks et à la responsabilité morale d'une grande entreprise cotée en Bourse.

Âgé de 64 ans et issu d’un milieu modeste, Howard Schultz est considéré comme un proche du parti démocrate aux États-Unis n’a pas précisé s’il était intéressé par une carrière en politique, mais les spéculations vont bon train à la suite de plusieurs déclarations qu’il a faite récemment sur l’état de son pays.

« Je suis profondément inquiet de l'état de notre pays depuis quelque temps maintenant, sur la montée des divisions et de notre position dans le monde », a-t-il notamment déclaré au New York Times, récemment.

« J'ai l'intention d'examiner diverses options et ceci peut inclure le service public », a aussi répondu Howard Schultz lorsqu’on lui a demandé s’il comptait se porter candidat lors des prochaines élections présidentielles, ajoutant qu’il était encore loin d’avoir pris une décision.

Considéré comme un homme d’affaires socialement engagé, notamment contre le racisme, Howard Schultz s’était engagé en janvier 2017 à recruter 10 000 réfugiés dans ses commerces au cours des cinq prochaines en réponse à l'annonce du décret anti-immigration imposé par l’actuel président Donald Trump.

Il a également soutenu, en tant que chef d’entreprise, les revendications des salariés américains qui réclament une augmentation du salaire minimum à 15 $ de l'heure.

Par ailleurs, son départ survient quelques semaines après la diffusion d’une vidéo embarrassante montrant l’arrestation sans raison de deux clients noirs dans un café Starbucks de Philadelphie à la suite d’une plainte du directeur de l’établissement. L'entreprise avait alors réagi en imposant à tous ses employés américains une formation antiracisme.

Une multinationale des plus prospères

Véritable multinationale du café, la chaîne Starbucks exploite plus de 28 000 cafés dans 77 pays à travers le monde, alors que la chaîne n’en comptait que 11 lors de l’arrivée de M. Schultz aux commandes de l’entreprise, en 1982.

Starbucks emploie actuellement 330 000 personnes dans le monde.

Cotée en bourse, la valeur de l’entreprise a cru de 21 000 % depuis son entrée sur les marchés, en 1992.

Plus d'articles