Retour

Début des négociations entre GM et ses travailleurs en Ontario

Une manifestation d'une cinquantaine de travailleurs de l'automobile inquiets a marqué mercredi matin le début des négociations contractuelles à Toronto entre General Motors (GM) et le syndicat Unifor.

GM pourrait être la compagnie cible du syndicat pour en arriver à une nouvelle convention, qui serait adoptée par la suite par Ford et Fiat Chrysler Canada. Ces deux dernières compagnies doivent tenir des discussions préliminaires avec Unifor, jeudi.

Les négociations 2016 commencent alors que l'avenir des installations d'assemblage de GM à Oshawa est incertain, la compagnie n'ayant promis pour l'instant aucun nouveau véhicule pour l'usine. 

Le président national d'Unifor, Jerry Dias, prévient qu'il n'y aura d'entente avec aucune des compagnies sans engagement de la part de chacune d'elles pour des investissements au Canada.

Selon M. Dias, la santé relativement bonne des fabricants d'automobiles et la force du marché de l'automobile en Amérique du Nord confirment que le moment est idéal pour investir.

GM reste ferme

Pour sa part, le président de GM Canada Steve Carlisle est « optimiste », tout en répétant que le constructeur n'annoncera pas de nouveau véhicule avant la fin des négociations contractuelles.

M. Carlisle explique que plusieurs facteurs sont pris en compte lors d'un investissement, que ce soit les tendances du marché, le coût de production local, les fournisseurs et l'appui des gouvernements.

Il précise que le coût de la main-d'oeuvre représente 7 % des dépenses totales du constructeur, mais qu'un « contrat de travail positif peut signaler qu'on parte du bon pied ».

Les conventions collectives avec les trois grands de l'auto arriveront à échéance le 19 septembre. Il pourrait alors y avoir une grève ou un lock-out.

Plus d'articles

Commentaires