Retour

Demande de sécurité accrue à la suite de l'effondrement de pylônes électriques

La Fédération du travail du Manitoba (FTM) demande au gouvernement provincial de s'assurer que les ouvriers qui installent des pylônes électriques travaillent en sécurité.

Cette demande survient à la suite de l'effondrement lundi d'un pylône à Terre-Neuve-et-Labrador qui a entraîné la mort de deux travailleurs. 

Cinq pylônes d'Hydro Manitoba se sont également effondrés entre février et mai 2017 mai sans faire de blessés. L'entreprise albertaine Forbes Brothers est liée à deux des cinq effondrements ainsi qu'à celui survenu à Terre-Neuve-et-Labrador.

Selon le rapport d'enquête effectué sur un incident survenu le 8 février au Manitoba, le pylône de Forbes Brothers s'est effondré une heure après que les ancrages qui le maintenaient en place ont été enlevés. Il ajoute que l'entreprise albertaine avait identifié des défauts de fabrication de certaines pièces de la structure érigée près de Gillam dans le nord de la province.

Hydro Manitoba a attribué les cinq incidents à des erreurs humaines.

« Un système inadéquat en place »

Le président de la FTM, Kevin Rebeck, estime que l'effondrement de cinq structures en quelques mois démontre que le système en place est problématique. Il dénonce aussi que le blâme soit mis uniquement sur les épaules des travailleurs plutôt que de se pencher adéquatement sur le problème.

Le président d'une autre entreprise albertaine oeuvrant dans le domaine, Valard Construction, estime qu'il n'y a pas de problème de sécurité. Adam Budzinski indique que son entreprise a pris toutes les précautions et a immédiatement fait appel à un inspecteur pour identifier le problème ayant mené à l'effondrement d'une tour d'Hydro Manitoba le 26 mars dernier.

M. Budzinski note que la pièce à l'origine du problème avait été installée par un sous-traitant. Il est d'accord avec Hydro Manitoba qu'une erreur humaine est la cause de l'incident du 26 mars et que son entreprise fera plus attention dans la sélection des sous-traitants et de ses fournisseurs.

Plus d'articles

Commentaires