Retour

Démission du président de Sayona Mining : aucun lien avec les contestations, selon la minière

Le président-directeur général de Sayona Mining, dont le principal projet en développement est le projet de lithium Authier à La Motte, a démissionné vendredi dernier. La minière assure que cette démission n'a rien à voir avec la vague de contestation face au projet Authier.

Un texte de Thomas Deshaies

Corey Nolan demeurera en fonction jusqu'au mois de juin, moment auquel la minière australienne prévoit avoir complété son Étude de faisabilité définitive.

Le porte-parole de Sayona au Québec, Marc Parson, soutient que cette démission ne s'explique pas en raison de la contestation citoyenne. « Non non, il n'y a aucun lien, tranche-t-il. Je pense que M. Nolan a eu une offre qu'il n'a pas pu refuser parce qu'elle avait des avantages certains, entre autres, parce que c'est un nouveau poste, qui lui permet de travailler en Australie, près de sa famille. »

Rappelons que lors des assemblées publiques à La Motte et à Pikogan, une forte majorité des participants s'étaient exprimés en défaveur du projet minier. Un comité citoyen a ensuite été formé, alors que la Société de l'eau souterraine de l'Abitibi-Témiscamingue (SESAT), a demandé l'intervention de la ministre de l'Environnement.

Sayona n'est pas inquiète

Dan O'Neil, membre du conseil d'administration, occupera les fonctions de M. Nolan par intérim.

Marc Parson soutient que Sayona Mining a toujours la ferme intention de mener à terme son projet minier à La Motte. « Je suis persuadé que nos études vont convaincre la majorité de la population du bien-fondé [du projet] et que c'est impossible qu'il puisse affecter l'esker », mentionne-t-il.

Dépôt de l'étude environnementale de la minière

Le 18 mai prochain, l'entreprise minière rendra publique son étude environnementale et tiendra des assemblées publiques les 19 et 20 juin prochain. « [On veut] qu'il y ait un dialogue qui commence à s'établir et qui va se poursuivre via le comité de liaison », a fait savoir M. Parson.

La minière s'engage à rendre public un rapport, après la période de consultation, où elle « répondra à toutes les questions, commentaires et mémoires qui auront été transmis à Sayona Québec », mentionne-t-on dans leur communiqué de presse.