Les travaux de démolition de l'emblématique taverne Duffy ont commencé à Amherstburg. L'espace sera utilisé pour un vaste projet municipal le long de la rivière Détroit.

Les pelles mécaniques sont à l'oeuvre depuis mercredi matin pour procéder à la démolition des bâtiments, un processus qui pourrait prendre jusqu'à 11 semaines, selon le maire Aldo Di Carlo.

La taverne Duffy et le motel adjacent avaient fermé leurs portes en 2013 après 55 ans en affaires. Son propriétaire qui avait 92 ans au moment de la fermeture affirmait qu’il était alors fatigué de servir les clients du quartier.

La propriété située en bordure de la rivière Détroit, qui est restée longtemps en vente, a été achetée par la Ville d'Amherstburg en septembre dernier.

Selon le maire, le plan est d’agrandir le parc Navy Yard situé juste à côté pour y aménager notamment une place des festivals. La marina pourrait également déménager à cet endroit et offrir des emplacements supplémentaires pour les bateaux.

Après la démolition des édifices, de la pelouse sera installée sur le terrain vacant en attendant que le projet prenne forme.

Des consultations publiques auront lieu à ce sujet, précise M. Di Carlo.

Des citoyens satisfaits

Les citoyens semblent voir ces transformations d'un bon oeil. M. Di Carlo affirme que les résidents ont hâte de voir ces vieux bâtiments démolis afin de rendre l'espace utilisable.

« La taverne Duffy est emblématique à Amherstburg. Les gens y ont beaucoup de très bons souvenirs, mais il est temps de faire de la place pour de nouveaux projets », a-t-il souligné.

L'ancien conseiller municipal Anthony Leardi trouve toutefois étonnant que la Ville se soit chargée de ce projet. Il aurait préféré qu'il soit réalisé par une entreprise privée, notamment Amico qui est déjà propriétaire de terrains aux alentours.

Il estime que ces travaux ne généreront aucun revenu pour la Ville, alors que, selon ses calculs, si un entrepreneur privé était responsable du projet, la municipalité aurait pu toucher jusqu'à 20 000 $ en taxes par année.

Plus d'articles

Commentaires