Retour

Des achats en ligne causent des retards de livraison chez Postes Canada

Des clients canadiens affirment attendre parfois des mois avant de recevoir leur colis en provenance de la Chine. Postes Canada se défend en renvoyant la balle aux services douaniers dont les contrôles ralentissent la livraison de ces articles achetés en ligne.

Postes Canada note une augmentation des colis à livrer qui proviennent de commandes en ligne. Cette hausse, reconnaît la société, génère des temps d'attente dépassant le mois pour que les paquets, surtout ceux envoyés de la Chine, soient distribués à travers le Canada. Le porte-parole de Postes Canada, Jon Hamilton, explique d'ailleurs que les revenus engendrés par le service de colis ont augmenté de 500 millions au cours des cinq dernières années.

La douane, une étape qui ralentit la livraison

Par écrit, Postes Canada assure que « tout article de courrier arrivant au Canada doit être dédouané avant que nous puissions le trier et le livrer. L’ASFC [Agence des services frontaliers du Canada] a des bureaux dans nos installations de Vancouver, Montréal et Toronto pour faire ce travail. Nous n’avons aucun contrôle sur cette étape et leur travail ». Cependant, la société postale souligne l'importance de ce maillon de la chaîne de livraison.

L'Agence des services frontaliers du Canada rétorque que ses infrastructures sont « bien équipées pour faire face à un grand volume ». Même si sa porte-parole, Patrizia Giolti, reconnaît qu'il y a des délais, elle indique que l'ASFC s'efforce d'accélérer et de faciliter le commerce légal tout en garantissant que les marchandises inappropriées n'entrent pas au Canada.

Le coût des commandes bon marché

Par contre, pour les « petites enveloppes rembourrées qui contiennent des articles peu coûteux achetés en Chine à des tarifs internationaux au rabais », dit la société, « ces articles n’ont pas de service offrant un code de repérage ou nécessitant une livraison à une date précise. Le plus souvent, ces articles n’ont coûté que quelques dollars, incluant les frais d’expédition ». Postes Canada dit traiter les articles dédouanés tous les jours de la semaine.

Cependant, ce traitement se fait parfois manuellement parce que « les adresses sont souvent incorrectes ou incomplètes », déplore Postes Canada, ce qui ajoute une autre étape qui rallonge le délai d'attente. Et la plupart du temps, des recherches doivent être menées pour trouver la bonne adresse de destination, explique une autre porte-parole. Les informations du destinataire sont même parfois écrites en chinois.

Postes Canada indique aussi que « le Canada n’est pas le seul pays à être confronté à cette problématique, car les consommateurs sont attirés par les aubaines, mais ne font pas forcément attention à la qualité du service d’expédition proposé ».

« Capharnaüm »

Le président national du Syndicat des Douanes et de l’Immigration  (SDI), Jean-Pierre Fortin, affirme que le centre de tri de Richmond, en banlieue de Vancouver, où les douaniers travaillent, est dysfonctionnel, malgré des rénovations faites il y a plusieurs années.

Il soutient que le centre est dans un état de « capharnaüm », et que « les gens ont raison de se plaindre ».

M. Fortin souligne que seulement 30 agents y travaillent, et que ces derniers sont des étudiants qui manquent de formation.

Plus d'articles

Commentaires