Retour

Des artisans de la musique souhaitent réviser le modèle de partage des revenus

Des artisans de la musique québécoise unissent leurs forces dans le but de réviser le modèle de partage des revenus provenant de la commercialisation de la musique.

Le nouveau Regroupement des artisans de la musique (RAM) souhaite ainsi sensibiliser les élus et prendre part aux discussions sur l'état actuel de l'industrie de la musique.

« On trouvait que la voix des artisans eux-mêmes, des artistes, des auteurs-compositeurs-interprètes, des artistes entrepreneurs aussi, n'était pas nécessairement rassemblée et entendue », a expliqué l'une des porte-parole du groupe, Florence K, en entrevue avec La Presse canadienne.

Son co-porte-parole, David Bussières, du groupe Alfa Rococo, affirme que les artisans embrassent la nouvelle réalité de la diffusion musicale, mais qu'il faut « ajuster la réalité économique à la réalité technologique », afin que les créateurs puissent continuer d'offrir des oeuvres originales.

Il rappelle qu'une partie importante des revenus générés par l'écoute de la musique en ligne est, soit accaparée par les fournisseurs d'accès à Internet, soit engrangée à l'étranger par les services de musique en ligne, et que seule une « part infinitésimale » de ces revenus revient sous forme de redevances aux artisans.

Redistribution équitable de l'argent

« On aime le nouveau modèle, le modèle de streaming [en continu], le modèle numérique. Pour un artiste (...) c'est un univers immense, un monde de possibilités qui s'offre à nous. En tant que consommateur de musique, c'est quelque chose d'extraordinaire », a assuré Florence K.

« Mais, comme dans toute nouveauté, il faut définir des cadres, mettre des paramètres pour que l'argent généré à travers ces modèles, et il y en a de l'argent qui est généré, soit redistribué de façon équitable et transparente à tous les acteurs de la chaîne de création d'une chanson. Et, au coeur de cette chaîne-là, évidemment, il y a les auteurs-compositeurs, les interprètes, et c'est eux qu'on veut représenter », a-t-elle ajouté.

La chanteuse insiste toutefois sur le fait que l'objectif du RAM n'est pas de faire payer davantage les amateurs de musique.

« Le consommateur, on ne souhaite pas qu'il paie plus. Le consommateur n'a jamais payé autant pour accéder à la musique, à travers les nombreux appareils, à travers les forfaits Internet, à travers les abonnements de musique en ligne. Ce qu'on cherche, c'est de faire en sorte qu'il y ait des paramètres avec cet argent-là, qu'il soit distribué dans les bonnes poches, de façon équitable », a-t-elle soutenu.

Document remis au ministre Fortin

Le premier geste du RAM a été de remettre au bureau du ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, un document reflétant sa plateforme et contenant des pistes de solution.

Le RAM, qui regroupe à la fois des auteurs, des compositeurs, des interprètes et des musiciens, souhaite par ailleurs devenir actif à toute table de concertation sur les questions entourant l'industrie de la musique.

Selon Florence K, le groupe a été bien accueilli à Québec, mercredi. Il espère rencontrer prochainement les gens de Patrimoine canadien.

La plateforme du RAM prévoit notamment de faire des démarches auprès des instances et des organisations au sujet des redevances provenant des services de musique en ligne, le régime de la copie privée et la révision de la Loi sur le droit d'auteur, entre autres.

Le RAM souhaite également contribuer à la refonte du modèle grâce à des gestes visant la transparence dans les relations entre les artistes, les producteurs et les autres acteurs de l'industrie.

Le RAM est notamment appuyé par la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec, la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec et l'Union des artistes.