Retour

Des Autochtones veulent acheter une part du pipeline Trans Mountain

Des Autochtones de la région de Fort McMurray, en Alberta, proposent d'investir dans le pipeline Trans Mountain. Le regroupement de Premières Nations et de communautés métisses a en fait une demande formelle au ministre des Finances, Bill Morneau.

Un texte de François Joly

Les leaders métis et autochtones disent vouloir « une participation en capital » du projet d’expansion du pipeline. Ils ne précisent toutefois pas quelle ampleur cette participation pourrait prendre ni de quelle façon elle serait financée.

« Il est encore trop tôt pour le dire. Ce pourrait être 100 % ou 50 %, on ne sait pas », précise le président du conseil tribal Athabasca, Allan Adam. Le conseil regroupe les six communautés qui proposent d’investir dans le pipeline.

Dans un communiqué conjoint, le chef de la Première Nation crie Mikisew, Archie Waquan, affirme que la propriété du pipeline permettrait de mieux protéger l’environnement. « Protéger l’environnement est uniquement possible si nous participons aux décisions, explique-t-il. En devenant propriétaires, nous pouvons protéger nos communautés, assurer leur avenir, mais aussi, permettre à tous les Canadiens d’en profiter », dit-il.

Autochtones contre Autochtones

Si jamais cet investissement se concrétisait, des communautés autochtones se retrouveraient dans des camps opposés, puisque de nombreuses Premières Nations cherchent à bloquer l’agrandissement du pipeline. « Nous allons devoir nous asseoir et discuter avec eux, admet Allan Adam. Ça pourrait aller jusqu’à leur offrir une partie des actions du pipeline. »

Les communautés autochtones de Fort McMurray sont déjà actives dans l’industrie des sables bitumineux. En novembre 2017, deux d’entre elles ont investi 503 millions de dollars afin d’acquérir 49 % du projet d’agrandissement d’un parc de stockage de Suncor. « Après plus de 50 ans à extraire du pétrole comme travailleurs et comme investisseur, il est temps pour nous d’aller de l’avant, explique Allan Adam. La seule façon de vraiment obtenir l’accord des Premières Nations est d'envisager de devenir propriétaire de certains de ces projets. »

Le gouvernement fédéral a annoncé mardi qu’il se porterait acquéreur du pipeline Trans Mountain et de son projet d’expansion, si aucun autre acheteur ne se manifestait d’ici le 22 juillet. Ottawa s’est aussi engagé à revendre le pipeline ultérieurement.

Mercredi, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, avait évoqué des acheteurs potentiels, dont des régimes de retraite et des communautés autochtones, sans spécifier lesquels.

Plus d'articles