Retour

Des bancs publics intelligents qui enregistrent les déplacements des gens

La Ville de Newmarket près de Toronto innove pour collecter des données sur l'utilisation des lieux publics. Des bancs et des bornes enregistrent depuis quelques semaines des données sur les déplacements des gens qui ont sur eux un téléphone intelligent, grâce à un capteur de wi-fi.

Un texte de Marie-Hélène Ratel

En se promenant sur la rue Main, dans le quartier historique de Newmarket, les passants remarqueront peut-être des bornes de recharge pour appareils mobiles, alimentées à l’énergie solaire.

Ces nouveaux produits, grâce aux données qu’ils récolteront, viennent complètement changer la donne pour le développement économique et les projets d’aménagement au centre-ville.

De plus en plus de commerçants s’y installent. La rue Main devient une destination de choix pour casser la croûte tant pour les résidents que pour les visiteurs des environs. Des festivals et événements en plein air y sont régulièrement organisés.

Mais quelles sont les habitudes des consommateurs? Où se déplacent-ils? Quels types d’événements attirent les plus grandes foules?

Voilà quelques-unes des pistes que la zone d’amélioration commerciale de Newmarket compte explorer, à la lumière des données recueillies.

Protection de la vie privée

La compagnie américaine qui a développé le produit, Soofa, garantit que les données sont cryptées et collectées de façon anonyme.

La protection de la vie privée semble en effet avoir été au coeur de la conception du produit, souligne le professeur de droit à l’Université d’Ottawa et directeur du Centre de recherche en droit, technologie et société, Florian Martin-Bariteau. Il ajoute toutefois que toutes les entreprises ne font pas de même.

Il rappelle aussi qu'il faut être vigilants dans les lieux publics et recommande par exemple de désactiver le wi-fi et le Bluetooth pour se protéger de potentiels pirates informatiques.

Les données seront accessibles au public en ligne sur le portail de données ouvertes de la Ville. Elles seront aussi partagées directement avec la zone d’amélioration commerciale de Newmarket.

Pour la municipalité de 85 000 habitants, il était essentiel de s’assurer des paramètres de confidentialité et de protection de la vie privée avant d’aller de l’avant avec la technologie.

Elizabeth Bryan, spécialiste en développement des entreprises à la Ville, se veut rassurante en précisant que les informations cryptées ne permettront pas d’identifier les individus ni les numéros de téléphone.

Les zones de recharge intelligentes de la compagnie Soofa ont déjà fait leur apparition dans certaines villes américaines, mais Newmarket est la première au Canada à adopter avec la technologie.

D’autres villes canadiennes comme Edmonton, Vancouver Montréal et Toronto ont aussi installé des zones de recharge alimentées par l’énergie solaire de la même compagnie, mais elles n'enregistrent pas de données sur les déplacements pour l’instant.

Plus d'articles