Retour

Des changements à l’assurance-emploi réclamés sur la Côte-Nord

À l'approche de l'adoption du nouveau budget fédéral, les travailleurs saisonniers de la Côte-Nord réclament, encore une fois, des changements au programme d'assurance-emploi. Ils veulent obtenir autant de prestations que les travailleurs de la Gaspésie.

Un texte de François Robert

Plusieurs travailleurs saisonniers de l’industrie touristique, du secteur forestier et des usines de transformation de produits marins se retrouvent sans salaire et sans chômage pendant quelques semaines, le fameux « trou noir », entre la fin de leurs prestations et le début de la nouvelle saison.

Ces derniers réclament d’être traités comme les travailleurs de la Gaspésie. Selon les règles actuelles, les travailleurs de la Côte-Nord doivent travailler plus d’heures pour avoir accès à l’assurance-emploi. Ils ont le droit à 18 semaines de prestations alors que ceux de la Gaspésie y ont accès durant 32 semaines.

Ce qui amène certains travailleurs de la Côte-Nord à devoir s’endetter, c’est notamment le cas de Raynald Tremblay de Longue-Rive: « C’est beau payer, mais quand tu n’as plus d’argent, c’est l’endettement. Et l’endettement, c’est la carte de crédit. Je vais recommencer à travailler juste le premier mai, alors je n’ai pas fini… »

La seule solution qu'on a c'est d'aller quêter le bien-être social. J'appelle ça quêter parce que quand on recommence à travailler, ils nous le ramasse.

André Desbiens, travailleur saisonnier de Chute-aux-Outardes

Ces travailleurs espèrent être entendus par le gouvernement fédéral de Justin Trudeau d’ici le prochain budget.

D’après les informations de Marlène Joseph-Blais.

Plus d'articles