Retour

Des commentaires partagés à propos d’un projet pilote pour l’élevage du bétail

Plusieurs personnes ont assisté mercredi à Val Rita à une consultation du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales à propos des sites qu'il propose pour la mise en place de son projet pilote pour l'élevage du bétail.

Un texte de Francis Bouchard

La zone d’étude du projet est la grande ceinture d’argile le long du corridor de la route 11, entre Cochrane et Hearst. Le ministère propose d’établir le projet pilote sur huit sites sur des terres de la Couronne, dans la municipalité de Val Rita-Harty et le canton d’Opasatika.

La province propose que ces sites soient exploités par le secteur privé, afin de démontrer des pratiques optimales de gestion et de production.

Plusieurs voient ce projet comme une occasion de développement économique pour la région.

Mme Baril dit qu’elle doute que des gens locaux soumettent un appel d’offres éventuel pour exploiter un site. Elle estime que le projet pourrait attirer des agriculteurs du Québec ou d’ailleurs dans le monde à venir s’établir dans la région.

Des citoyens sont aussi d’avis que le projet va attirer des gens de l’extérieur et qu’il va contribuer à la croissance de la région.

« Je pense pour le futur, pour la région entre Kapuskasing et Hearst, ça va vraiment être bénéfique. J’espère qu’un jour cela ressemblera au coin de New Liskeard avec de belles fermes », affirme un citoyen de Kapuskasing, Denis Lachance.

Tout le monde ne semble toutefois pas aussi ethousiaste à l'idée de ce projet. Entre autres, des trappeurs de la région s’inquiètent des répercussions du projet.

Le trappeur Régis Malenfant de Mattice estime qu’il perdrait 8 000 acres sur ses terrains de trappe.

« Il y a tellement de terrains privés, de terres abandonnées tout le long de la route 11, je me demande pourquoi on ne se sert pas de ces terres-là au lieu d’une forêt », s'interroge-t-il.

Le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales invite public à partager ses commentaires d'ici le 29 mars.