Retour

Des commerçants de Bathurst souhaitent retenir les consommateurs de la région

À l'approche de la période des Fêtes, des commerçants de Bathurst déplorent le fait que de nombreux consommateurs de la région vont magasiner à l'extérieur pour leurs emplettes, notamment à Moncton.

Un phénomène qui nuit aux commerçants et qui freine le développement économique de la région, selon eux. Une commerçante du centre-ville souhaiterait pouvoir retenir les gens qui font quelques heures de route pour leurs emplettes des fêtes.

Quand on voit des autobus qui amènent des gens magasiner à Rimouski ou à Moncton, pis j'en connais plusieurs, ça ne nous aide pas, ça n'aide pas les commerçants, ça c'est sûr.

Monique Karatzios, de la Boutique Monique

Étonnamment, elle estime que la moitié de sa clientèle provient de l'extérieur de la région de Bathurst. Un autre commerçant, Miguel Comeau, abonde dans le même sens. Il croit même que trois clients sur quatre ne sont pas de la région immédiate.

« Bien souvent, c'est soit de Tracadie ou de Campbellton ou de Moncton même, mais très rarement que je vais avoir du monde qui est local », indique Miguel Comeau de Marchandises Mico.

Une consommatrice, Sylvie Blanchard, est d'ailleurs partie de Caraquet, dans la Péninsule acadienne, pour venir magasiner à Bathurst, à une heure de route.

« C'est pas loin d'où on demeure, puis y'a vraiment des beaux magasins. Ici on est chez Frank's Furs, il y'a vraiment du beau linge, ça vaut la peine de se déplacer », dit-elle.

Une résidante de Bathurst, rencontrée à Moncton, dit qu'elle ne magasine à cet endroit qu'en dernier recours seulement.

« Il y a une boutique à Bathurst où tous les artisans ont leurs choses à vendre. J'y vais quatre ou cinq fois avant de venir à Moncton pour voir tout ce que je peux trouver. Je fais ma liste, j'essaie d'encourager les artisans et les magasins locaux là avant de venir ici ».

Vent de changement

Une autre commerçante du centre-ville de Bathurst remarque aussi que plusieurs consommateurs de la région font leurs achats à l'extérieur. Mais cette année, Dina Frigault, de la boutique Aristide, note un petit vent de changement.

« On sent que les gens reviennent pis viennent revoir justement, reconnecter avec leur "downtown" pour redécouvrir ce qu'on leur a préparé pour ce Noël ici », indique-t-elle.

Un vent de changement auquel contribue une consommatrice de Nigadoo qui tient à l'achat local.

« Je veux dans le futur me réveiller le matin pis qu'on n'a pas juste un Walmart pis un McDonald à Bathurst. C'est important qu'on ait les "business" locales, c'est ça qui donne la variété pis la vie à notre région. Ça fait il faut soutenir ça », insiste Diane Doucet.

Une philosophie qui plaît sans aucun doute aux commerçants de la région qui compte sur cette période achalandée pour augmenter leurs ventes.

Plus d'articles

Commentaires