Retour

Des entrepreneurs en Atlantique déstabilisés par les tarifs américains sur l'acier et l'aluminium

Des entrepreneurs en Atlantique réagissent avec inquiétude à l'annonce de l'imposition de tarifs douaniers américains sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance du Canada.

Dave Giberson, le dirigeant de Dartmouth Metals, un parc à ferrailles de la grande région d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, est dans l’incertitude.

« Le discours, à court terme, semble négatif, mais on ne sait plus quoi croire », dit M. Giberson. « Ça change tous les jours. »

Dartmouth Metals ne vend pas directement aux Américains, mais à des transformateurs canadiens et étrangers qui, eux, raffinent le métal et l'exportent aux États-Unis.

Le mal subit par cette entreprise au bas de la chaîne d'approvisionnement est à l'image d'un marché entier, déstabilisé.

« Trump dit une chose une journée, et change d’avis le lendemain. C’est vraiment difficile pour un vendeur de matières premières de planifier », déplore Dave Giberson.

Avec des tarifs douaniers américains de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur les importations d'aluminium en provenance du Canada, Dartmouth Metals pourrait devoir rediriger ses efforts sur le marché domestique. Ce qui occasionnerait à l’entreprise des investissements importants.

« Si nous avions su que nous allions devoir livrer au marché domestique, par train, nous aurions probablement investi dans de la machinerie, réorganisé notre cour pour être efficaces. Car en ce moment, nous sommes configurés pour livrer à l’international », explique Dave Giberson.

« On ne sait pas de quel côté ça va aller, demain ou le jour après, dépendant des tweets de Trump », illustre l’entrepreneur.

Le propriétaire de la compagnie Darmouth Metals espère un adoucissement ou une révocation des nouvelles mesures.

« En même temps, il y a une forte demande mondiale pour l’acier. Nous allons vendre notre ferraille de mois en mois, et espérer pour le mieux. Trump pourrait changer d’idée demain et tout reviendrait à la normale », laisse tomber Dave Giberson.

Avec les informations de Stéphanie Blanchet

Plus d'articles