Retour

Des entreprises ontariennes déplorent les tarifs d’électricité élevés

Le fabricant d'écrous et de boulons Leland ouvrira sa prochaine usine en Illinois, aux États-Unis, plutôt qu'en Ontario, citant les coûts démesurés de l'électricité dans la province.

L’entreprise emploie actuellement 220 travailleurs à Toronto et à Waterloo.

Le fondateur de la compagnie Byron Nelson dit que les tarifs d'électricité en Ontario ne permettent pas à l'entreprise de demeurer concurrentielle.

Notre facture d'électricité a augmenté de 42 % dans les dernières années. L'année prochaine cela augmentera à 800 000 $, et en ajoutant le programme de plafonnement et d'échange qui entrera en vigueur en janvier, on parle de 1 million de dollars en coûts.

Byron Nelson, PDG de Leland

Nombre de petits entrepreneurs ontariens disent que l'électricité est l'une de leurs dépenses principales, en plus du coût de la main-d'oeuvre, notamment.

Le président de la fonderie Gamma à Richmond Hill, Adolfo Quiroga, dit avoir investi 60 000 $ dans des technologies vertes et avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 25 %. Pourtant, ses coûts d'électricité ont augmenté de 40 %.

Toutefois, d'autres facteurs influencent la décision d'une entreprise de s'installer aux États-Unis, incluant la recherche de nouveaux débouchés.

Préoccupation répandue

De son côté, Jocelyn Williams Bamford de la Coalition des manufacturiers inquiets de l’Ontario affirme que le cas de Leland reflète la situation dans laquelle se trouvent nombre de PME ontariennes, qui se demandent si cela a du sens d’investir davantage dans la province :

  • La Coalition anticipe une augmentation additionnelle de 20 % des tarifs d’électricité et de gaz naturel à partir de janvier à cause du nouveau marché du carbone.
  • L’élimination de la portion provinciale de la TVH sur les factures d’électricité ne suffira pas, selon le groupe d’entreprises.

Jocelyn Williams Bamford dit que les compagnies de la coalition ne souhaitent pas déménager.

Nous avons décidé de nous battre au lieu de partir, explique-t-elle. Notre cœur est en Ontario, nos familles sont ici.

Jocelyn Williams Bamford, vice-présidente de la compagnie Automatic Coating

La Coalition des manufacturiers inquiets demande un crédit d’impôt pour les petites entreprises dans le prochain budget ontarien.

Avec les informations de Natasha MacDonald-Dupuis

Plus d'articles

Commentaires